La signature du Rafale avec l'Inde pourrait être retardée

vendredi 5 avril 2013 14h22
 

NEW DELHI (Reuters) - Les négociations pour l'achat par l'Inde de 126 Rafale à Dassault Aviation pourraient être retardées car les deux parties peinent à trouver un accord sur le rôle de l'entreprise publique Hindustan Aeronautics (HAL), ont déclaré vendredi deux sources proches du dossier.

L'avionneur français est entré en négociations exclusives avec New Delhi en janvier 2012 en vue de remporter cette commande géante estimée à 15 milliards de dollars (11,6 milliards d'euros), l'un des plus gros contrats du moment dans la défense mais qui reste encore à finaliser.

Selon les termes initiaux des négociations, Dassault Aviation est censé fournir 18 chasseurs construits en France et laisser HAL construire les 108 autres en Inde.

Mais Dassault Aviation souhaite signer deux contrats séparés, l'un concernant les 18 premiers appareils, l'autre les avions restants, ce à quoi s'oppose New Delhi d'après cette source du ministère de la Défense qui suit le dossier.

"Dassault dit que HAL n'a pas la capacité ni les compétences pour assembler l'appareil", a dit ce responsable, qui a souhaité conserver l'anonymat.

"HAL est notre principal partenaire du secteur public. Si nécessaire, la capacité et les compétences peuvent être renforcées. Mais la proposition de deux contrats n'est pas acceptable pour le gouvernement indien."

Selon cette source, ce différend va probablement retarder la conclusion du contrat sans le remettre en cause. Des responsables du ministère indien de la Défense avaient dit à Reuters en février qu'ils espéraient une signature du contrat en juillet.

"Ce type de contrat est complexe. Le désaccord porte sur le fait de savoir qui garantit la qualité des avions construits en Inde, HAL ou Dassault. Ce problème freine les négociations", a dit une source proche du dossier.

DIFFICULTÉS CHEZ HAL   Suite...

 
Les négociations pour l'achat par l'Inde de 126 Rafale à Dassault Aviation pourraient être retardées car les deux parties peinent à trouver un accord sur le rôle de l'entreprise publique Hindustan Aeronautics, selon deux sources proches du dossier. /Photo prise le 6 février 2013/REUTERS