L'Inde refuse une demande de brevet de Novartis

lundi 1 avril 2013 15h37
 

par Kaustubh Kulkarni et Suchitra Mohanty

NEW DELHI (Reuters) - La Cour suprême indienne a rejeté lundi la demande de brevet déposée par la société pharmaceutique suisse Novartis pour son médicament Glivec employé dans le traitement du cancer, mettant fin à un combat juridique de plusieurs années.

Cette décision, qualifiée d'"historique" par le ministre du Commerce et de l'Industrie, Anand Sharma, apparaît comme un revers pour les sociétés pharmaceutiques occidentales qui tentent de gagner des parts sur le marché indien du médicament.

Ce marché, qui connaît une croissance annuelle de 13 à 14%, n'est actuellement que le quatorzième au niveau mondial mais le deuxième pays le plus peuplé du monde offre un important potentiel de développement.

La Cour suprême a justifié son refus en expliquant que le Glivec, traitement onéreux, serait inaccessible pour la majorité de ses 1,2 milliard d'habitants dont 40% gagnent moins de 1,25 dollar par jour.

Ce rejet risque d'avoir des conséquences pour d'autres entreprises pharmaceutiques.

"Cela semble être l'issue la plus favorable pour les patients dans les pays en voie de développement, car on accordera désormais moins de brevets pour les traitements existants", a estimé Leena Menghaney, de Médecins Sans Frontières (MSF).

L'an passé, Pfizer avait perdu son brevet pour le traitement anticancéreux Sutent et la holding Roche celui de son traitement contre l'hépatite C, Pegasys.

REVANCHE   Suite...

 
Siège de Novartis à Bombay. La Cour suprême indienne a rejeté lundi la demande de brevet déposée par la société pharmaceutique suisse Novartis pour son médicament Glivec employé dans le traitement du cancer, mettant fin à un combat juridique de plusieurs années. /Photo prise le 1er avril 2013/REUTERS/Vivek Prakash