L'emploi résiste en Allemagne et soutient la consommation

jeudi 28 mars 2013 13h25
 

BERLIN/FRANCFORT (Reuters) - Le marché allemand du travail a confirmé sa résistance au mois de mars en dépit d'une hausse inattendue du nombre de demandeurs d'emploi, ce qui devrait soutenir la demande interne et le pouvoir d'achat à l'approche des négociations salariales annuelles.

Une situation susceptible de conforter la chancelière Angela Merkel, qui brigue un troisième mandat et fait la course en tête pour les élections législatives de septembre.

Le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 13.000 à 2,935 millions, ajusté des variations saisonnières, alors que les économistes interrogés par Reuters attendaient une diminution de 4.000.

Il s'agit de la première hausse depuis quatre mois du nombre de demandeurs d'emploi qui retrouve ainsi son niveau du mois de décembre.

Le taux de chômage est quant à lui resté stable pour le sixième mois consécutif à 6,9%, proche de son niveau le plus bas depuis plus de 20 ans.

Le nombre de chômeurs brut, très suivi en Allemagne, reste au-dessus de trois millions, à 3,098 millions contre 3,156 millions en février, donnant un taux de chômage brut de 7,3% contre 7,4% respectivement.

Le responsable de l'Office du travail Frank-Jürgen Weise a souligné que "les conditions économiques des derniers mois avaient peu d'impact sur le marché de l'emploi, qui reste solide".

La résistance du marché de l'emploi est de bon augure pour la confiance des ménages et le pouvoir d'achat, relève Caroline Newhouse, économiste chez BNP Paribas.

Les ventes au détail ont d'ailleurs enregistré une légère hausse au mois de février par rapport à janvier, selon des données publiées par le Bureau fédéral de la statistique.   Suite...

 
LE CHÔMAGE EN ALLEMAGNE