EADS veut rassurer ses actionnaires sur sa mue

mercredi 27 mars 2013 14h25
 

par Tim Hepher et Cyril Altmeyer

AMSTERDAM/PARIS (Reuters) - EADS s'est efforcé mercredi de rassurer les actionnaires sur les implications de la mue historique de la gouvernance qu'ils ont votée, leur promettant une politique de dividende plus attractive et assurant que le groupe resterait protégé contre des OPA hostiles.

Les actionnaires ont approuvé mercredi lors d'une assemblée générale extraordinaire à Amsterdam ce changement de gouvernance et donné leur feu vert au lancement d'un programme de rachat d'actions portant sur un maximum de 15% du capital de la maison-mère d'Airbus.

Le groupe d'aérospatiale et de défense, qui opère sa transformation la plus spectaculaire depuis sa création en 2000, aura un actionnariat simplifié, la France et l'Allemagne ayant chacune 12% de son capital, l'Espagne 4% et un flottant porté d'environ 50% à 72% du capital.

EADS se débarrasse ainsi de l'imbroglio actionnarial qui pesait sur son fonctionnement et se dégage pour l'essentiel des influences étatiques, lui permettant se réinventer une stratégie en s'appuyant sur les succès d'Airbus.

"C'est un moment très crucial, un nouveau chapitre pour EADS, puisque nous nous préparons à dissoudre le fameux pacte actionnaire qui a donné à EADS une stabilité pour sa croissance", a déclaré aux actionnaires Arnaud Lagardère, président sortant du conseil d'administration.

Le gérant commandité du groupe de médias éponyme, qui présidait le conseil seulement depuis fin mai 2012, devrait céder son fauteuil à Denis Ranque, ex-patron de Thales.

Lagardère et le constructeur automobile allemand Daimler, qui représentaient les intérêts respectifs de la France et de l'Allemagne dans le pacte qui disparaît ce mercredi, devraient sortir du capital d'EADS cette année.

Arnaud Lagardère a confirmé dans un entretien publié mercredi par Les Echos que la cession de la participation restante de 7,5% de son groupe dans EADS devrait se faire avant l'été.   Suite...

 
Arnaud Lagardère (à droite), président sortant du conseil d'administration d'EADS, qui devrait céder son fauteuil à Denis Ranque (à gauche), ex-patron de Thales. Le groupe d'aérospatiale et de défense s'est efforcé mercredi lors d'une assemblée générale extraordinaire à Amsterdam de rassurer les actionnaires sur les implications de la mue historique de la gouvernance qu'ils ont votée. Leur a également été promise une politique de dividende plus attractive. /Photo prise le 27 mars 2013/REUTERS/Toussaint Kluiters/United Photos