CASA ou les difficultés des banques de second rang

mercredi 27 mars 2013 11h27
 

par Christian Plumb

PARIS (Reuters) - Les banques européennes de taille intermédiaire risquent de voir monter la pression pour qu'elles sortent de certains métiers, comme le conseil en fusions-acquisitions, à mesure que la régulation se traduit par de nouveaux coûts et que la crise se prolonge.

Qu'il s'agisse de Crédit agricole S.A. (CASA) en France ou de Commerzbank en Allemagne, beaucoup de banques européennes de second rang éprouvent des difficultés à suivre les mastodontes américains comme Goldman Sachs ou JP Morgan dans les classements de banque d'investissement.

Alors que l'écart se creuse, les professionnels se demandent même si ces établissements doivent rester dans la compétition.

"Il n'y a pas de place pour quatre banques d'investissement en France", souligne un banquier senior basé à Paris, qui a souhaité conserver l'anonymat.

La question se pose toutefois pour CASA, troisième banque française par la capitalisation boursière.

Alors que le numéro un français, BNP Paribas, a dévoilé des ambitions en Asie et souhaite se renforcer aux Etats-Unis, CASA, la Société générale et Natixis parachèvent l'allègement de leurs structures.

CASA a notamment réduit la voilure dans plusieurs activités de marché - actions, dérivés et conseil en fusions-acquisitions - pour donner la priorité à ses activités de banque de détail et de banque privée.

Pour Antonio Guglielmi, analyste chez Mediobanca, CASA devrait envisager la cession de toutes ses activités de banque d'investissement pour se recentrer sur la gestion d'actifs - le groupe contrôle une société dans ce domaine avec la SocGen, Amundi - et la banque de détail.   Suite...

 
Les banques européennes de taille intermédiaire comme l'allemand Commerzbank pourraient sortir de certains métiers à mesure que la régulation se traduit par de nouveaux coûts et que la crise se prolonge. /Photo prise le 1er février 2013/REUTERS/Jean-Paul Pélissier