Paris veut du temps pour un accord de libre-échange UE/USA

lundi 25 mars 2013 19h39
 

PARIS (Reuters) - La France a averti lundi ses partenaires européens que tout accord de libre-échange entre l'Union et les Etats-Unis devrait respecter ses "lignes rouges", insistant sur la fragilité du soutien à l'Europe dans l'opinion publique.

La ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq, a énuméré lors d'une conférence de presse les conditions posées par la France : maintien de "l'exception culturelle", refus des OGM et des hormones dans la viande et exigence de la réciprocité dans l'ouverture des marchés.

Elle a estimé que les Européens devaient prendre le temps d'élaborer un mandat de négociation ferme et clair avant de le confier à la Commission européenne, qui souhaite pouvoir commencer les négociations avec les Etats-Unis en juin et conclure avant la fin de son mandat en 2014.

"On veut un accord mais il ne faut pas que la négociation s'engage dans la précipitation, il est hors de question de donner un mandat de négociation bâclé", a-t-elle déclaré.

L'exemple des négociations avec le Canada, qui devaient s'achever fin 2012 mais sont toujours en cours, montrent qu'un mandat flou handicape la recherche d'un accord, a-t-elle ajouté.

Avec les Etats-Unis, "la négociation va être longue. Elle va durer à mon avis plusieurs années", a-t-elle estimé, en soulignant que la première "ligne rouge" de la France était la réciprocité dans l'ouverture des marchés.

"Les Etats-Unis ont un discours libre-échangiste mais dans la pratique, ils sont loin de ce discours", a-t-elle dit. "Les marchés publics américains sont fermés. Le plan de relance américain, c'est quasiment tout aux Etats-Unis."

Les échanges entre les Etats-Unis et les 27 pays de l'Union européenne représentent quelque 1.000 milliards de dollars par an et les deux parties ont mutuellement des investissements directs de quelque 3.700 milliards au total.

EXCEPTION CULTURELLE   Suite...

 
La France a averti lundi ses partenaires européens que tout accord de libre-échange entre l'Union et les Etats-Unis devrait respecter ses "lignes rouges". La ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq, a énuméré lors d'une conférence de presse les conditions posées par la France : maintien de "l'exception culturelle", refus des OGM et des hormones dans la viande et exigence de la réciprocité dans l'ouverture des marchés. /Photo d'archives/REUTERS/China Daily