Hermès vole de record en record

jeudi 21 mars 2013 16h24
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Hermès International a signé une nouvelle année de résultats record en 2012, porté par une demande pour ses produits haut de gamme qui n'a pas faibli malgré le tassement de l'économie chinoise et la crise en Europe.

Le résultat opérationnel du fabricant des sacs Birkin et des "carrés" de soie a grimpé de 26,4% et franchi la barre du milliard d'euros, à 1,119 milliard, dépassant légèrement le consensus Thomson Reuters I/B/E/S (1,08 milliard).

La marge opérationnelle a elle aussi encore progressé pour s'établir à un niveau historique de 32,1%, hissant Hermès dans le club des marques de luxe les plus rentables, aux côtés de Louis Vuitton (groupe), Cartier (Richemont) ou Gucci (PPR). Lors de son introduction en Bourse en 1993, la marge était de seulement 14%.

En 2013, la rentabilité sera "probablement un peu moins bonne", a cependant déclaré jeudi Patrick Thomas, gérant du groupe, évoquant des effets de change moins favorables qu'en 2012, le renchérissement des matières premières et des efforts de communication accrus (les dépenses de communication ont atteint 5,2% des ventes du groupe en 2012).

La croissance de l'industrie du luxe exerce de fortes pressions sur les approvisionnements, tirant les prix à la hausse et entraînant une intégration progressive de leurs fournisseurs par des groupes soucieux de sécuriser leurs approvisionnements.

Hermès, déjà autosuffisant en peaux exotiques (avec quatre sites, en France, aux Etats-Unis et en Italie) a franchi une nouvelle étape en rachetant la tannerie ardéchoise d'Annonay, un de ses fournisseurs historiques en peaux de veau haut de gamme.

Le mouvement pourrait ne pas s'arrêter là. "Nous irons jusqu'où il faudra aller pour assurer l'unicité de nos objets", a souligné Patrick Thomas.

Hermès disposait à la fin 2012 d'une trésorerie nette de 686 millions d'euros.   Suite...

 
Le résultat opérationnel d'Hermès a grimpé de 26,4% en 2012 et franchi la barre du milliard d'euros, à 1,119 milliard, dépassant légèrement le consensus Thomson Reuters I/B/E/S qui était de 1,08 milliard. /Photo prise le 21 mars 2013/REUTERS/Philippe Wojazer