FedEx abaisse ses prévisions à cause du fret aérien

mercredi 20 mars 2013 15h03
 

(Reuters) - FedEx a abaissé mercredi ses prévisions de résultats pour l'exercice en cours après un troisième trimestre moins rentable qu'attendu, ses clients privilégiant les modes d'expédition plus lents mais moins coûteux.

L'action du numéro deux américain de la messagerie perdait 4,33% en début de séance à Wall Street, à 101,85 dollars.

L'activité "express" du groupe, sa principale source de revenus, souffre aussi des surcapacités actuelles dans le secteur, qui pèsent sur les marges. Le bénéfice d'exploitation de la division a chuté de 66% sur le trimestre.

"Nous restons concentrés sur nos programmes stratégiques de réduction des coûts, qui montent en puissance conformément aux prévisions", a déclaré le directeur général, Fred Smith, dans un communiqué.

En octobre, FedEx avait annoncé un plan de réduction des coûts de la division express censé générer 1,7 milliard de dollars de bénéfices supplémentaires sur quatre ans.

Mercredi, Fred Smith a expliqué que le groupe allait réduire ses capacités vers et au départ de l'Asie à compter du 1er avril et qu'il cherchait à réduire sa flotte en retirant du service un nombre accru de ses avions les plus anciens.

Parallèlement, un certain nombre de cadres ont accepté les conditions d'un plan de départs volontaires et plusieurs milliers de salariés ont été informés de leur éligibilité à un plan de départs.

Pour le quatrième trimestre de l'exercice fiscal en cours, FedEx prévoit un bénéfice par action (BPA) hors exceptionnels compris entre 1,90 et 2,10 dollars par action, une fourchette à comparer aux 2,07 dollars attendus par les analystes financiers.

Le BPA annuel devrait ainsi se situer entre 6,00 et 6,20 dollars contre 6,20 à 6,60 dollars attendus jusqu'à présent. Le consensus Thomson Reuters I/B/E/S donne un BPA de 6,31 dollars.   Suite...

 
Le bénéfice trimestriel de FedEx a baissé de 31% à 361 millions de dollars contre 521 millions sur la période correspondante un an plus tôt, en raison de charges de restructuration et du ralentissement de ses activités de fret express. /Photo prise le 15 janvier 2012/REUTERS/Benoît Tessier