Une nouvelle charge grève les comptes 2012 de Deutsche Bank

mercredi 20 mars 2013 11h49
 

FRANCFORT (Reuters) - Deutsche Bank a annoncé mercredi qu'elle retranchait 600 millions d'euros à son bénéfice imposable de 2012, qui tombe ainsi à 800 millions d'euros, en raison de nouvelles charges liées à des procès et à d'autres procédures judiciaires en cours.

La première banque allemande n'a pas expliqué pourquoi elle relevait ses provisions pour frais judiciaires à 2,4 milliards d'euros.

Mais des sources proches du dossier ont lié l'augmentation des provisions aux derniers développements d'actions en justice aux Etats-Unis relatives à des crédits immobiliers.

En novembre, un juge américain a ainsi rejeté une proposition de Deutsche Bank et de Goldman Sachs visant à mettre un terme à une action en justice intentée par des autorités de régulation fédérales, qui accusent les deux banques d'avoir trompé Fannie Mae et Freddie Mac en les encourageant à acheter des milliards de titre de dette immobilière risquée.

La décision de Deutsche Bank de relever le montant de ses provisions fait suite à une réunion du conseil de surveillance mardi.

Elle intervient également après que la Bafin, l'autorité de tutelle des banques allemandes, a dit qu'elle transmettrait d'ici la fin mars au ministère des Finances ses conclusions provisoires de son enquête sur une manipulation présumée des taux interbancaires.

Autre élément qui a pu jouer : depuis août dernier, Deutsche Bank, parmi d'autres banques, fait l'objet d'une enquête en raison de ses liens d'affaires avec l'Iran, le Soudan et d'autres pays soumis à des sanctions internationales américaines.

La banque allemande a dit qu'elle proposait toujours un dividende de 0,75 euro par action et a confirmé son objectif d'un ratio de fonds propres Tier 1 de 8,5% à la fin mars.

Elle a également précisé que son bénéfice net de 2012 était de 300 millions d'euros, soit 400 millions de moins que ce qui avait été annoncé précédemment.   Suite...

 
Deutsche Bank a retranché 600 millions d'euros à son bénéfice imposable de 2012, qui tombe ainsi à 800 millions d'euros, en raison de nouvelles charges liées à des procès et à d'autres procédures judiciaires en cours. /Photo prise le 28 janvier 2013/REUTERS/Kai Pfaffenbach