Le président chypriote consulte, pas d'accord à Moscou

mercredi 20 mars 2013 11h18
 

NICOSIE (Reuters) - Les dirigeants chypriotes ont tenu mercredi matin une réunion de crise pour tenter d'éviter un effondrement financier du pays, après le rejet mardi soir au parlement du plan de sauvetage de l'Union européenne.

Aucun des 56 députés n'a voté en faveur du plan de dix milliards d'euros de l'UE, qui impliquait une taxation des dépôts bancaires chypriotes. Trente-six ont voté contre tandis que 19 autres, membres du parti du président Nicos Anastasiades, s'abstenaient.

Le chef de l'Etat, en fonctions depuis un mois à peine, a réuni mercredi à la présidence les dirigeants des partis politiques et le gouverneur de la Banque centrale. Il devait présider aussi un conseil des ministres et avoir des entretiens avec des responsables de l'Union européenne, de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international (FMI).

Le président Anastasiades devait avoir dans la journée un entretien téléphonique avec son homologue français François Hollande.

Pendant ce temps-là, son ministre des Finances, Michael Sarris, est à Moscou où il a eu des entretiens avec son homologue russe, Anton Silouanov. A l'issue d'entretiens dans la matinée, aucun accord n'a cependant été trouvé sur la question d'un prêt russe à Chypre.

Chypre demande à la Russie de proroger de cinq ans, jusqu'en 2021, un prêt de 2,5 milliards d'euros obtenu en 2011 et qui vient à échéance en 2016. Chypre souhaiterait en outre que Moscou revoie à la baisse le taux d'intérêt (4,5%) de ce prêt.

Chypre a demandé en outre à la Russie de lui prêter cinq milliards d'euros supplémentaires, indique le ministère russe des Finances, mais Moscou n'a pas fait de réponse à ce sujet.

"Nous avons eu une discussion très franche, nous avons souligné à quel point la situation était difficile", a dit Sarris à la presse. "Nous allons poursuivre nos discussions pour trouver une solution, grâce à laquelle nous espérons recevoir un certain soutien", a-t-il continué.

Selon certaines informations, le géant russe des hydrocarbures Gazprom aurait concocté son propre plan d'aide, en échange de droits de forage dans les gisements gaziers chypriotes en mer. Noble Energy a fait état fin 2011 de la découverte de gisements renfermant cinq à huit mille milliards de mètres cubes de gaz naturel au sud de Chypre.   Suite...

 
Le ministre chypriote des Finances Michael Sarris après des discussions avec son homologue russe Anton Silouanov à Moscou. La Russie et Chypre ne sont pas parvenus mercredi matin à trouver un accord sur un prêt russe, accord que Nicosie espérait conclure pour atténuer ses problèmes financiers pressants. /Photo prise le 20 mars 2013/REUTERS/Maxim Shemetov R