Même modifié, le projet de taxe à Chypre risque le rejet

mardi 19 mars 2013 18h20
 

par Michele Kambas et Karolina Tagaris

NICOSIE (Reuters) - Le Parlement chypriote a entamé mardi l'examen du projet très controversé de taxation des dépôts bancaires prévu par le plan d'aide international accordé à Nicosie, qui vise à éviter l'effondrement du système bancaire et un défaut de l'Etat.

L'issue du débat restait très incertaine: aucun parti ne détient la majorité au Parlement et le président Nicos Anastasiades a lui-même prédit un rejet du texte, expliquant que les députés le jugeaient "injuste" et contraire aux intérêts chypriotes.

"Mon sentiment est que la Chambre va rejeter le projet de loi", a-t-il déclaré.

Face aux protestations de la rue et à la menace d'un rejet par le Parlement à Nicosie, l'Eurogroupe a recommandé lundi soir à Chypre de ne pas taxer les comptes dont le solde est inférieur à 100.000 euros - le seuil de garantie publique des dépôts dans l'Union - et d'alourdir la taxation au-dessus de ce montant afin d'assurer que le produit global du dispositif atteigne les 5,8 milliards prévus initialement.

Mais Nicosie n'a suivi qu'à moitié ces conseils : le projet de loi révisé, que s'est procuré Reuters, n'exempte que les dépôts inférieurs à 20.000 euros et prévoit de taxer à 6,75% les sommes situées entre 20.000 et 100.000 euros, puis à 9,9% les comptes de plus de 100.000 euros.

Le gouverneur de la banque centrale a reconnu qu'un tel barème ne permettrait pas de lever le montant attendu par l'Eurogroupe et le Fonds monétaire international pour compléter les dix milliards d'aide qu'ils prévoient d'apporter.

On ignore dans l'immédiat si Nicosie prévoit de combler le manque à gagner. Mais le ministre français de l'Economie Pierre Moscovici a d'ores et déjà déclaré que la zone euro et le FMI n'iraient pas au-delà de dix milliards.

"Nous ne pouvons pas prêter plus. Aller au-delà de 10 milliards d'euros, ça fait exploser la dette de Chypre", a-t-il dit lors d'une rencontre avec des journalistes, à Paris.   Suite...

 
Distributeur de billets de banque à Nicosie. Le Parlement chypriote a entamé mardi l'examen du projet très controversé de taxation des dépôts bancaires prévu par le plan d'aide international accordé à Nicosie, qui vise à éviter l'effondrement du système bancaire et un défaut de l'Etat. L'issue du débat reste très incertaine car aucun parti ne détient la majorité au Parlement. /Photo prise le 19 mars 2013/REUTERS/Yorgos Karahalis