L'économie allemande devrait accentuer son cavalier seul

lundi 18 mars 2013 17h51
 

par Sarah Marsh

BERLIN (Reuters) - Une batterie d'indicateurs attendus cette semaine en Allemagne devrait conforter l'hypothèse d'un rebond de la première économie de la zone euro, accentuant son avantage sur la France et les pays du sud de l'Europe.

Après avoir résisté pendant deux ans et demi à la crise de la dette dans l'eurozone, l'économie allemande s'est contractée au cours du dernier trimestre 2012, les entreprises retardant leurs investissements et les exportations souffrant de perspectives économiques sombres en Europe et ailleurs.

Les économistes tablent sur un retour modéré de la croissance au premier trimestre 2013, crucial pour entraîner sur la pente ascendante les autres économies de la région.

"Beaucoup d'éléments justifient ce retour de la confiance en Allemagne. Le taux de chômage reste faible et les salaires augmentent, les marchés financiers sont également stables et les taux d'emprunt sont très bas", explique Christian Schulz, analyste à la Berenberg Bank.

Publié vendredi, l'indice Ifo du climat des affaires, l'un des thermomètres de la santé économique allemande, devrait croître pour le cinquième mois consécutif, à 107,6 contre 107,4 en février, selon une enquête effectuée par Reuters auprès de 37 économistes.

Quant à l'indice ZEW du sentiment des investisseurs, attendu mardi, il devrait s'affaisser très légèrement, à 48,0 contre 48,2, en raison peut-être de l'inquiétude provoquée par le blocage institutionnel en Italie, mais demeurer proche de son plus haut niveau en près de trois ans.

L'ÉCART SE CREUSE AVEC LA FRANCE

Les statistiques de l'économie "réelle" - sur la production, les ventes et l'emploi - sont plus mitigées, signe que l'économie, après avoir perdu 0,6% au dernier trimestre 2012, ne rebondira pas aussi fortement que le suggèrent ces indices.   Suite...

 
Le port de Hambourg, en Allemagne. Une batterie d'indicateurs (le chômage, les indices Ifo, Zew et PMI flash) attendus cette semaine outre-Rhin devrait conforter l'hypothèse d'un rebond de la première économie de la zone euro, accentuant son avantage sur la France et les pays du sud de l'Europe. /Photo prise le 23 septembre 2013/REUTERS/Fabian Bimmer