La taxe sur les dépôts à Chypre inquiète les marchés

lundi 18 mars 2013 10h46
 

par Michele Kambas

NICOSIE (Reuters) - Le parlement chypriote doit se prononcer ce lundi sur la taxation des dépôts bancaires prévue par le plan de sauvetage du pays conclu vendredi à Bruxelles, un projet qui ravive les craintes de tensions dans l'ensemble de la zone euro et effraie les marchés financiers.

L'annonce du projet de taxation exceptionnelle de l'ensemble des sommes déposées dans les banques chypriotes, destiné à compléter un plan d'aide de 10 milliards d'euros de l'Union européenne, marque une rupture avec la pratique consistant à ne pas faire supporter aux déposants le coût du renflouement des Etats.

La crainte de voir cette décision créer un précédent pour l'ensemble de la zone euro et provoquer un retrait massif des dépôts des banques se traduit sur les marchés par une nette baisse de l'euro, revenu sous le seuil de 1,30 dollar, et des principales places boursières : après une heure et demie d'échanges, la Bourse de Paris perdait 1,05%, celle de Francfort 1% et celle de Londres 0,7%.

L'indice Stoxx des valeurs bancaires européennes chutait de 1,8%. Quant à l'indice Euro Stoxx 50 de la volatilité, baromètre de la tension sur les marchés, il affichait un bond de plus de 20%.

La Bourse de Nicosie est fermée lundi, jour férié à Chypre.

Le vote du parlement chypriote sur le projet de taxation, initialement prévu dimanche, a été reporté de 24 heures, le temps pour le gouvernement de tenter d'adoucir le dispositif pour les comptes bancaires les moins importants.

Sans attendre, les résidents chypriotes se sont rués dimanche sur les distributeurs de billets pour tenter de retirer le maximum de fonds de leurs comptes.

Pour tenter d'apaiser les craintes de contagion, les autorités européennes soulignent le caractère exceptionnel de la taxation en rappelant que l'économie chypriote ne représente que 0,2% du produit intérieur brut (PIB) de l'Europe.   Suite...

 
A Nicosie. Le parlement chypriote doit se prononcer ce lundi sur la taxation des dépôts bancaires prévue par le plan de sauvetage du pays conclu vendredi à Bruxelles, un projet qui ravive les craintes de tensions dans l'ensemble de la zone euro et effraie les marchés financiers. La taxe prévue est de 9,9% pour les dépôts supérieurs à 100.000 euros et de 6,7% en deçà. /Photo prise le 16 mars 2013/REUTERS/Yiannis Nisiotis