La taxe sur les dépôts à Chypre fait craindre un précédent

lundi 18 mars 2013 09h02
 

par Mike Peacock

LONDRES (Reuters) - La taxation des dépôts bancaires à Chypre décidée par la zone euro suscite l'inquiétude, aussi bien chez les politiques, les investisseurs et la population qui craignent que cette décision inédite n'ait créé un précédent.

Le calme sur les marchés qu'avait réussi à ramener la banque centrale européenne (BCE) en s'engageant à acheter la dette d'Etat des pays de la zone en quantité illimitée pourrait être remis en cause si le schéma adopté pour Chypre devait se répéter dans le sauvetage d'autres pays.

Les Chypriotes ont appris samedi avec stupeur qu'une grosse partie de leurs problèmes étant due aux banques, le sauvetage de leur pays à hauteur de dix milliards d'euros par les ministres des Finances de la zone euro s'accompagnerait d'une taxation de leurs dépôts bancaires.

La taxe prévue est de 9,9% pour les dépôts supérieurs à 100.000 euros et de 6,7% en deçà. Elle doit permettre de récolter 5,8 milliards d'euros.

Les ministres de l'Eurogroupe ont eu beau insister pour dire que leur décision pour Chypre était exceptionnelle et que l'île ne représentait que 0,2% du produit intérieur brut (PIB) de la zone, les décideurs craignent que cette taxe ne déstabilise les banques dans d'autres pays de la zone euro.

"Cette mesure sans précédent est une mesure extrême et, à notre avis, elle va engendrer une certaine panique (...). On ne peut exclure des sorties de capitaux", estime Annalisa Piazza chez Newedge Strategy qui n'exclut pas à court terme un affaiblissement de l'euro.

Les Chypriotes se sont rués sur les distributeurs bancaires qui ont été vidés en quelques heures et n'ont pu en général accéder à leurs comptes bancaires, mesure qui n'est pas de nature à calmer la population.

MAJORITÉ PAS CONSTITUÉE   Suite...

 
La taxation des dépôts bancaires à Chypre décidée par la zone euro suscite l'inquiétude, aussi bien chez les politiques, les investisseurs et la population qui craignent que cette décision inédite n'ait créé un précédent. a taxe prévue est de 9,9% pour les dépôts supérieurs à 100.000 euros et de 6,7% en deçà. /Photo prise le 17 mars 2013/REUTERS/Yorgos Karahalis