La Lettonie est prête pour l'euro, malgré ses lacunes

mardi 12 mars 2013 21h08
 

par Alan Wheatley et Aleks Tapinsh

RIGA (Reuters) - La Lettonie, qui a présenté la semaine dernière sa candidature à l'entrée dans la zone euro, serait le pays le plus pauvre de la région si elle l'intégrait mais elle dispose d'une économie suffisamment solide pour respecter les critères imposés par l'Union européenne (UE).

Le pays balte devra maintenir le cap de réformes rendues indispensable par un taux de chômage élevé, un profil démographique peu engageant, un système éducatif insatisfaisant et un niveau d'inégalités sans équivalent dans la zone euro.

Pour rejoindre cette dernière, la Lettonie doit se soumettre à une évaluation de la Commission européenne et de la Banque centrale européenne (BCE), qui vérifieront si le pays respecte les cinq critères prévus par le traité de Maastricht en 1992, sur la dette, le déficit public, l'inflation, les taux d'intérêt à long terme et une parité stable avec l'euro.

Les ministres des Finances de la zone euro devraient prendre en juillet une décision, qui permettra ou non à la Lettonie de devenir le dix-huitième pays de l'union monétaire.

"Nous nous attendons avec certitude à obtenir une recommandation positive", a déclaré Valdis Dombrovskis, le Premier ministre letton, à Reuters. "Nous espérons que personne n'inventera de nouveaux critères de Maastricht juste pour la Lettonie."

Après avoir été durement touchée par la crise économique de 2008-2009, au cours de laquelle l'économie du pays s'est contractée de 21%, la Lettonie a retrouvé l'un des plus forts taux de croissance de l'UE, de 5,1% en 2012.

La dette publique est inférieure à 40% du produit intérieur brut (PIB), et le gouvernement attend en 2013 un déficit peu élevé de 1,4% du PIB.

L'économie lettonne, qui a subi l'explosion d'une bulle du crédit, se base désormais à nouveau sur les exportations de biens et de services, qui ont augmenté de 15,2% au cours du dernier trimestre 2012.   Suite...

 
Monnaie lettone et billets en euros. La Lettonie, qui a présenté la semaine dernière sa candidature à l'entrée dans la zone euro, serait le pays le plus pauvre de la région si elle l'intégrait mais elle dispose d'une économie suffisamment solide pour respecter les critères imposés par l'Union européenne (UE). /Photo prise le 9 mars 2013/REUTERS/Ints Kalnins