Les segments anticrise en vedette au salon de l'auto de Genève

samedi 2 mars 2013 14h24
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Le salon de l'automobile de Genève, qui ouvre ses portes la semaine prochaine, sera le théâtre d'une vaste offensive des constructeurs sur le segment des petites voitures, proposées dans des silhouettes jusqu'à présent inédites pour contrer la crise.

Premier rendez-vous européen d'une année qui s'annonce morose sur le continent, le salon suisse s'est agrandi cette année pour accueillir pas moins de 900 véhicules, dont 130 en avant-première mondiale et européenne.

Les stands feront la part belle aux citadines premium et aux 4X4 de ville aux lignes reconnaissables, l'une des rares poches de croissance sur un marché européen attendu à nouveau cette année en baisse de 3 à 5%. Et la plupart des industriels se ruent sur ce créneau, au risque toutefois de le saturer.

"Tout le monde se met là-dessus parce que c'est un segment à fort volume", commente François Roudier, porte-parole du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). "A côté du low cost qui a trouvé sa place dans les petites voitures, les constructeurs tentent de séduire de nouveaux consommateurs, ou ceux dont les goûts ont changé: un nombre croissant de personnes habitant en ville ou dans la périphérie recherchent des modèles plus fun, plus personnalisés et avec davantage de valeur ajoutée."

Surfant sur le succès du Juke de Nissan ou des multiples déclinaisons de la Mini du groupe BMW ou de la dernière Fiat 500, Renault présentera son Captur, version surélevée de la dernière Clio, Peugeot son 2008, dérivé de la 208 et du 3008, Ford son crossover EcoSport et Kia un "urban concept car" trois portes. Citroën présentera de son côté sa DS3 Cabrio, dont la commercialisation vient de commencer.

Tous ciblent une clientèle jeune et urbaine attirée par un style plus musclé et personnel, mais aussi par un gabarit restant propice à la circulation et au stationnement en ville.

Ce segment a vu sa part de marché bondir de 23% en Europe en 2012 pour atteindre 16% des nouvelles immatriculations, aux dépens des petits monospaces et des petits breaks.

"Comme toujours, ce marché risque de devenir à son tour une tuerie", ajoute François Roudier. "Les petites voitures restent un segment ultraconcurrentiel où les remises peuvent faire baisser les marges. Mais le monde change, et les constructeurs doivent se renouveler s'ils veulent survivre."   Suite...

 
Lors de l'édition 2012 du salon de l'auto de Genève. Ce salon, qui ouvre ses portes la semaine prochaine, sera le théâtre d'une vaste offensive des constructeurs sur le segment des petites voitures, proposées dans des silhouettes jusqu'à présent inédites pour contrer la crise. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse