Les républicains excluent un accord sur le "séquestre" aux USA

vendredi 1 mars 2013 16h07
 

par Richard Cowan

WASHINGTON (Reuters) - Les Etats-Unis se dirigent tout droit vers le gel automatique de 85 milliards de dollars de crédits publics, malgré une réunion vendredi entre Barack Obama et les chefs de file du Congrès, dont les républicains ont prévenu qu'elle ne déboucherait pas sur un accord de dernière minute.

La Maison blanche et le Parti républicain se renvoient la responsabilité de l'échec des négociations qui rend inévitable l'entrée en vigueur de cette mesure, dont le Fonds monétaire international (FMI) craint qu'elle n'affecte la croissance économique aux Etats-Unis et au-delà.

Faute d'accord, cette mesure, appelée "séquestre", adoptée en 2011 pour pousser le Congrès à trouver un compromis sur la réduction du déficit budgétaire, entrera en vigueur ce vendredi.

Barack Obama recevra avant cela les chefs de file des groupes parlementaires démocrates et républicains pour une réunion de la dernière chance qui doit débuter à 10h00 à Washington (15h00 GMT).

"En tant que Nation, nous ne pouvons pas nous traîner d'une crise annoncée à une autre", a plaidé le président jeudi dans un communiqué.

Ce constat n'a guère ému le chef de file des républicains Mitch McConnell, qui a déclaré qu'aucun compromis de dernière minute ne sortirait du chapeau.

"Je serai ravi de discuter lors de la réunion d'idées pour tenir notre engagement à réduire les dépenses de Washington. Mais il n'y aura pas d'accord de dernière minute négocié en coulisses et certainement pas d'accord pour augmenter les impôts", a assuré le sénateur du Kentucky.

DES SANS-PAPIERS RELÂCHÉS   Suite...

 
Les Etats-Unis se dirigent tout droit vers le gel automatique de 85 milliards de dollars de crédits publics, malgré une réunion vendredi entre Barack Obama et les chefs de file du Congrès, dont les républicains ont prévenu qu'elle ne déboucherait pas sur un accord de dernière minute. /Photo prise le 27 février 2013/REUTERS/Yuri Gripas