Thales place les pays émergents dans son viseur

jeudi 28 février 2013 21h51
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Le nouveau PDG de Thales Jean-Bernard Lévy s'est montré jeudi déterminé à mener son groupe à l'assaut des contrats dans les pays émergents, tournant résolument le dos à la stratégie de son prédécesseur, Luc Vigneron, qui s'était focalisé sur les réductions de coûts.

L'ex-patron de Vivendi a succédé juste avant Noël à Luc Vigneron, qui était contesté en interne et avait été lâché par les principaux actionnaires du groupe, mais avait conservé un certain crédit auprès de la communauté financière pour son plan d'économies Probasis.

"Soyons clairs : Thales ne peut pas avoir comme principale mission de survivre dans une période difficile dans les marchés de la défense et de réduire ses coûts", a estimé Jean-Bernard Lévy lors de sa première conférence téléphonique avec les analystes.

Il a chargé Pascale Sourisse, qui était elle-même pressentie pour le fauteuil de PDG de Thales et dirige désormais l'ensemble des activités internationales du groupe, d'améliorer la part du chiffre d'affaires dans les pays émergents au-delà des 20-22% actuels.

Jean-Bernard Lévy, qui a regretté l'absence de grands contrats dans les pays émergents l'an passé, s'est engagé à se montrer davantage à l'écoute des clients.

"Thales a encore beaucoup de chemin à parcourir avant de pouvoir être fier de ses compétences en termes de marketing", a-t-il estimé. "J'ai rencontré quelques uns de nos clients et je peux dire que procéder simplement à quelques changements culturels élémentaires améliorera nettement la situation".

Thales, équipementier pour l'aéronautique, la défense et la sécurité, anticipe pour cette année une légère croissance de ses prises de commandes, des contrats dans les pays émergents devant compenser la morosité de la conjoncture en Europe.

"INTROSPECTION" À VENIR SUR LA STRATÉGIE   Suite...

 
Le nouveau PDG de Thales Jean-Bernard Lévy s'est montré jeudi déterminé à mener son groupe à l'assaut des contrats dans les pays émergents, tournant résolument le dos à la stratégie de son prédécesseur, Luc Vigneron, qui s'était focalisé sur les réductions de coûts. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen