Areva reste en perte en 2012 mais s'autofinancera en 2013

jeudi 28 février 2013 19h50
 

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Areva a annoncé jeudi une perte nette au titre de 2012, en raison notamment de nouvelle provisions liées à l'EPR finlandais, mais le spécialiste public du nucléaire pense autofinancer son développement dès cette année.

Le président du directoire du groupe, Luc Oursel, a en outre réaffirmé lors d'une conférence l'objectif d'Areva d'engranger dix nouvelles commandes d'EPR d'ici à fin 2016, malgré les revers connus par ce réacteur en 2012 en République tchèque et en Finlande. (voir et )

"Il y a une concurrence très vigoureuse, en particulier de nos amis russes et japonais (...) Nous n'avons pas la prétention de prendre toutes les commandes (...) mais je reste convaincu qu'il y a de la place pour maintenir cet objectif", a-t-il déclaré.

Luc Oursel a également dit espérer une conclusion d'ici à la fin du premier semestre des discussions en cours avec EDF et le chinois CGNPC autour d'un nouveau réacteur de moyenne puissance.

Areva, dont l'Etat français contrôle directement ou indirectement près de 87% du capital, a confirmé l'ensemble de ses objectifs, qui incluent pour 2013 un flux de trésorerie des activités opérationnelles à l'équilibre.

Cet indicateur, qui traduit sa capacité à autofinancer ou non son développement, est ressorti à -854 millions d'euros en 2012 contre -1,4 milliard en 2011.

"En 2013, on ne veut pas dépenser ou investir plus que ce qu'on va percevoir de nos clients (...) C'est la clé de notre liberté d'action dans le futur", a déclaré à la presse le directeur financier d'Areva, Pierre Aubouin.

"Si on veut être maîtres de notre destin et capables de décider les projets de croissance et les activités sur lesquelles ont veut se renforcer, il faut qu'on soit en mesure de financer notre croissance. On ne peut pas passer notre temps à vendre par appartement une partie du portefeuille pour en constituer une autre", a-t-il ajouté.   Suite...

 
Le siège d'Areva à Paris. Le spécialiste public du nucléaire accuse une perte nette au titre de 2012, en raison notamment de nouvelle provisions liées à l'EPR finlandais, mais le groupe pense autofinancer son développement dès cette année. /Photo prise le 28 février 2013/REUTERS/Christian Hartmann