L'UE trouve un accord sur l'encadrement des bonus des banquiers

jeudi 28 février 2013 13h00
 

par John O'Donnell et Claire Davenport

BRUXELLES (Reuters) - Les dirigeants des banques européennes pourraient voir leurs primes strictement encadrées dès l'année prochaine après l'accord conclu jeudi à Bruxelles entre responsables européens, soucieux de répondre au vif mécontentement du public à l'égard du secteur financier.

L'accord provisoire, annoncé dans la nuit par des responsables politiques et par des négociateurs, prévoit que les primes versées aux banquiers ne puissent dépasser le montant de leur salaire.

Ce seuil pourra être relevé, dans la limite du double, si une majorité d'actionnaires s'y dit favorable.

L'accord doit s'appliquer à toute banque présente en Europe, quelle que soit sa nationalité, ainsi qu'à toute filiale d'une banque européenne à l'étranger.

"Il n'y aura pas d'exception", a dit Othmar Karas, élu autrichien au Parlement européen qui a participé aux négociations. "Cela vaut pour toutes les banques, dans et en dehors de l'Union européenne et pour toutes les banques étrangères dans l'Union européenne.".

"Pour la première fois de l'histoire de la régulation des marchés financiers de l'Union européenne, nous allons limiter les bonus des banquiers", a-t-il ajouté.

La limitation des primes versées aux banquiers sera introduite dans la législation européenne en même temps qu'une série d'autres mesures destinées à durcir les normes prudentielles afin d'éviter une nouvelle crise financière.

Ces normes, dites de Bâle III, obligent les banques à constituer pratiquement trois fois plus de fonds propres et à constituer en outre des matelas de fonds propres supplémentaires pour couvrir les risques d'impayés.   Suite...

 
Vue du quartier financier de Londres, la City. Les dirigeants des banques européennes pourraient voir leurs primes strictement encadrées dès l'année prochaine après l'accord conclu jeudi à Bruxelles entre responsables européens soucieux de répondre au vif mécontentement du public à l'égard du secteur financier. /Photo prise le 9 janvier 2013/REUTERS/Luke Macgregor