RBS juge la situation plus propice à un désengagement de Londres

jeudi 28 février 2013 09h39
 

LONDRES (Reuters) - Royal Bank of Scotland a dit jeudi que sa situation financière avait évolué de telle manière que l'Etat pouvait commencer à envisager la cession de sa participation de 82% dans l'établissement.

La banque a dégagé l'an dernier un résultat opérationnel de 3,5 milliards de livres (4,04 milliards d'euros) contre 1,8 milliard un an auparavant, le plus élevé depuis le renflouement intervenu en 2008.

Elle a en revanche accusé une perte avant impôt de 5,2 milliards de livres, essentiellement imputable à une charge de 4,6 milliards passée sur sa propre dette.

"La banque est maintenant plus proche d'une situation de bonne santé financière qui permettrait aux actionnaires de percevoir un dividende et à l'Etat de commencer à céder sa participation", écrit le président Philip Hampton dans un communiqué.

La banque a également indiqué avoir provisionné 450 millions de livres supplémentaires afin de dédommager les clients induits en erreur lors de la commercialisation d'assurances sur prêts et sur crédits immobiliers. Le montant total des provisions passées à cet effet s'élève désormais à 2,2 milliards de livres. Sur cette somme, 1,3 milliard ont déjà été versés.

Quelque 700 millions de livres ont également été mises de côté pour indemniser les petites entreprises qui ont été induites en erreur lorsqu'elles ont souscrit à des produits de couverture structurés complexes.

Matt Scuffham et Steve Slater; Nicolas Delame pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

 
Royal Bank of Scotland, qui a dégagé l'an dernier un résultat opérationnel de 3,5 milliards de livres (4,04 milliards d'euros), estime que sa situation financière a évolué de telle manière que l'Etat peut commencer à envisager la cession de sa participation de 82% dans l'établissement. /Photo prise le 6 février 2013/REUTERS/Neil Hall