Veolia poursuit son désendettement et sa transformation

jeudi 28 février 2013 12h37
 

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Veolia Environnement a publié jeudi des résultats 2012 pénalisés notamment par l'eau en France et les déchets en Europe mais le groupe est en avance sur son programme de désendettement et estime disposer des ressources nécessaires pour trouver de nouveaux relais de croissance.

Le numéro un mondial du traitement de l'eau et des déchets devant Suez Environnement, qui a envisagé en 2012 une fusion avec son concurrent avant d'y renoncer, a précisé que son endettement financier net devrait s'établir entre 8 et 9 milliards d'euros à fin 2013, contre 12 milliards prévu précédemment.

Il vise en outre un total de 6 milliards d'euros de cessions d'actifs sur la période 2012-2013, contre 5 milliards auparavant et 3,7 milliards réalisées à fin 2012.

Le groupe a également confirmé ses objectifs de réductions de coûts, tout en indiquant qu'il envisageait de les revoir à la hausse à l'occasion.

Il a aussi redit, conformément à son plan présenté fin 2011, qu'il devrait enregistrer après 2013 une croissance organique de ses ventes de plus de 3% par an et une hausse supérieure à 5% par an de sa capacité d'autofinancement opérationnelle (Ebitda).

"Cette année 2013 sera une deuxième année de la transformation de Veolia et les efforts seront surtout concentrés sur l'accélération de la réduction des coûts", a déclaré lors d'une conférence son PDG, Antoine Frérot.

"Notre groupe dégage désormais des ressources propres pour son repositionnement sur les marchés en croissance", a-t-il ajouté, rappelant que Veolia misait en particulier sur la conquête de nouveaux clients industriels et sur les marchés émergents pour retrouver le chemin de la croissance.

En termes de marchés, la société subit une baisse des volumes des déchets liés à la production industrielle en Europe de l'ouest, ainsi qu'une érosion de ses marges dans l'eau en France sous la pression des municipalités.   Suite...

 
Antoine Frérot, PDG de Veolia. Le numéro un mondial du traitement de l'eau et des déchets a publié jeudi des résultats 2012 pénalisés par ses activités dans les déchets mais le groupe est en avance sur son programme de désendettement et estime disposer des ressources nécessaires pour trouver de nouveaux relais de croissance. /Photo prise le 28 février 2013/REUTERS/Philippe Wojazer