Le scrutin italien, de mauvais augure pour la BCE

mercredi 27 février 2013 14h17
 

par Mike Dolan

LONDRES (Reuters) - Les résultats des élections en Italie, marquées par le succès des partis opposés à l'austérité, pourraient compliquer la tâche de la Banque centrale européenne en limitant sa capacité à mettre en oeuvre ses "opérations monétaires sur titres" (OMT), sa principale arme contre la crise de la dette, estiment nombre d'investisseurs.

Les OMT prévoient que la BCE rachète sur les marchés de la dette publique des Etats qui en feraient la demande, à condition que ceux-ci se soumettent à des conditions strictes négociées avec les autorités monétaires.

Ce mécanisme, élaboré par la BCE après la promesse de son président Mario Draghi de faire "tout ce qu'il faudra" pour sauvegarder l'euro, a largement contribué au retour au calme sur les marchés puis à leur rebond après les tensions sur les dettes espagnole et italienne.

Mais l'absence d'une majorité capable de gouverner en Italie et le rejet exprimé par les électeurs des programmes d'austérité correspondant aux principes édictés par la banque centrale met en doute la capacité de celle-ci à mettre effectivement en oeuvre les OMT.

"La BCE a clairement dit l'an dernier qu'elle était prête à aider, mais seulement si un pays demande cette aide et s'il en accepte les conditions. En d'autres termes, les OMT sont un partenariat et ce vote anti-austérité remet en cause ce partenariat", estime Russell Silbertson, responsable taux d'Investec Asset Management.

Yves Bonzon, directeur des investissements de Pictet Wealth Management, n'est pas convaincu que le scrutin italien constitue un nouveau "point d'inflexion" de la crise de la zone euro, mais il reste sous-pondéré en actifs libellés en euro et surveille de près l'évolution de la situation.

"L'élément le plus ennuyeux dans ces résultats, c'est le fait que la BCE puisse ne pas avoir les coudées franches lorsqu'elle lancera un programme d'OMT. Sans gouvernement fort en Italie, il sera difficile d'aboutir à un protocole d'accord avec les autorités européennes."

LA BCE EST LOIN D'ÊTRE DÉSARMÉE   Suite...

 
Les résultats des élections en Italie, marquées par le succès des partis opposés à l'austérité, pourraient compliquer la tâche de la Banque centrale européenne en limitant sa capacité à mettre en oeuvre ses "opérations monétaires sur titres" (OMT), sa principale arme contre la crise de la dette, estiment nombre d'investisseurs. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski