La Banque postale voit la prochaine crise venir du shadow banking

mardi 26 février 2013 14h58
 

PARIS (Reuters) - La prochaine crise bancaire viendra de la finance de l'ombre (shadow banking), a estimé mardi Philippe Wahl, président du directoire de la Banque postale, qui plaide pour davantage de régulation du système financier international.

"Nous savons d'où viendra la prochaine crise et la question est de savoir si nous agirons ou non", a-t-il dit au cours d'une conférence consacrée à l'avenir des banques organisée par l'hebdomadaire britannique The Economist.

"Je pense que cette crise viendra de la partie dite de 'shadow banking' de l'industrie financière. Elle représente aujourd'hui 40% des encours de la finance (au niveau mondial, NDLR), elle est moins régulée, moins taxée et elle croît."

Le Financial Stability Board estime à 50.000 milliards d'euros le montant des actifs gérés dans le cadre de ces activités de transactions de gré à gré non réglementées.

Philippe Wahl a pressé les dirigeants des banques d'agir: "Nous devons préparer l'avenir et voir de quelle manière nous pourrions prévenir cette prochaine crise qui sera systémique."

Le commissaire européen chargé du Marché intérieur et des services, Michel Barnier, également présent à cette conférence, a de son côté fait valoir que l'Union européenne devait progresser dans la régulation du "shadow banking" qui, selon lui, "remplit des fonctions importantes pour le système financier mais présente aussi des défis de taille."

Matthias Blamont, Lionel Laurent, édité par Pascale Denis