L'administrateur délégué d'Alitalia part, les pertes s'aggravent

mardi 26 février 2013 10h08
 

MILAN (Reuters) - L'administrateur délégué d'Alitalia, Andrea Ragnetti, a démissionné lundi soir après avoir annoncé une perte nette de 280 millions d'euros au titre de 2012.

Alitalia, dont Air France-KLM possède un quart du capital, explique la dégradation de ses résultats par la baisse de la demande liée à la crise financière dans la zone euro et à la récession en Italie.

Andrea Ragnetti, arrivé il y a un an seulement à la tête de la compagnie aérienne, a quitté ses fonctions dans le cadre d'un accord amiable, a précisé Alitalia.

Avant de rejoindre Alitalia, il avait assumé des responsabilités à la direction du marketing de Telecom Italia et Philips.

Dans l'attente de la nomination d'un nouvel administrateur délégué, le président du conseil d'administration, Roberto Colaninno, a vu ses attributions élargies, a précisé l'entreprise.

La perte nette d'Alitalia a plus que quadruplé l'an dernier puisqu'elle avait représenté 69 millions d'euros en 2011. Cette envolée s'explique entre autres par 91 millions de charges exceptionnelles regroupant des dépréciations, des coûts de maintenance et des dépenses de renouvellement de la flotte.

Le résultat d'exploitation, lui, est revenu à l'équilibre sur les trois derniers mois de l'an dernier, souligne Alitalia et le coefficient de remplissage des avions a augmenté à 74,6% sur l'ensemble de l'an dernier, contre 72,8% en 2011.

Les actionnaires d'Alitalia avaient approuvé vendredi un projet de prêt de 150 millions d'euros à la compagnie.

Air France-KLM, qui détient 25% d'Alitalia depuis janvier 2009, a déclaré en janvier qu'il lui semblait "difficile" d'envisager une montée au capital dès cette année. Le groupe dispose d'une option lui permettant de prendre le contrôle de la compagnie italienne.

Stephen Jewkes, Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison

 
L'administrateur délégué d'Alitalia, Andrea Ragnetti, a démissionné lundi soir après avoir annoncé une perte nette de 280 millions d'euros au titre de 2012. /Photo d'archives/REUTERS/Max Rossi