Benoît Coeuré invite la France à tenir son déficit structurel

lundi 25 février 2013 12h04
 

PARIS (Reuters) - La France doit absolument tenir son engagement de réduction de déficit structurel en 2013, déclare Benoît Coeuré, membre français du directoire de la Banque centrale européenne (BCE) dans une interview publiée lundi par Les Echos.

"S'il y a un dépassement du déficit en 2013, il ne doit pas être vu comme une sortie de route par rapport à la trajectoire de moyen terme qui a été annoncée", dit-il.

"En 2013, la France doit absolument respecter son engagement de réduction du déficit structurel et le dérapage nominal doit demeurer le plus limité possible", ajoute-t-il.

Le déficit structurel est le solde des finances publiques corrigé de l'impact du cycle économique.

Le gouvernement français a admis qu'il ne pourrait pas atteindre en 2013 la cible de déficits ramenés à 3% du PIB, du fait de l'atonie de l'activité économique. Mais il a assuré que l'objectif d'un retour à l'équilibre en 2017 tenait toujours.

En attendant, il veut convaincre la Commission européenne et ses partenaires européens de reporter à 2014 le retour des déficits publics français à 3,0%.

Mais pour Benoît Coeuré, il doit prendre "très rapidement" des décisions "concrètes et significatives" pour matérialiser des engagements d'économies de dépenses susceptibles de rassurer les partenaires européens de la France.

"Je n'ai aucun doute qu'il a compris l'effort à faire à ce sujet", assure le responsable de la BCE.

LA FRANCE "TRÈS ATTENDUE" EN EUROPE   Suite...

 
La France doit absolument tenir son engagement de réduction de déficit structurel en 2013, déclare Benoît Coeuré, membre français du directoire de la Banque centrale européenne (BCE)dans une interview publiée lundi par Les Echos. /Photo d'archives/REUTERS/Alex Domanski