Des statistiques médiocres ont plombé Wall Street

jeudi 21 février 2013 22h26
 

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en baisse jeudi, l'indice S&P-500 subissant son plus fort recul en deux jours depuis novembre, affectée par une batterie d'indicateurs économiques jugés médiocres, avec tous les doutes que cela suppose sur la réalité de la croissance économique.

Ces deux séances dans le rouge sont le premier repli significatif de la Bourse cette année. L'indice S&P-500 a gagné 5,4% jusqu'à présent cette année et affiche sept semaines de hausse d'affilée, ce qui le situe non loin d'un plus haut de cinq ans.

Témoins de l'anxiété qui agite à présent les investisseurs, l'indice de volatilité du CBOE - dit encore indice de la peur - a bondi de 3,7%.

L'indice Dow Jones a perdu 46,92 points (0,34%) à 13.880,62 points. Le S&P-500 a cédé 9,53 points (0,63%) à 1.502,42 points. Le Nasdaq Composite a laissé 32,92 points (1,04%) à 3.131,49 points.

Parmi la batterie de statistiques tombées dans la journée, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté davantage que prévu aux Etats-Unis lors de la semaine au 16 février, tandis que l'activité industrielle de la région de Philadelphie s'est à nouveau, contre toute attente, contractée en février, à son plus bas niveau en huit mois en raison d'une chute des prises de commandes.

En Europe, la journée a été marquée par l'annonce d'un recul inattendu de l'indice PMI flash des services en février en zone euro et la poursuite de la baisse de l'activité manufacturière, suggérant une poursuite de la contraction du PIB au premier trimestre.

"Les indices PMI européens ont vraiment porté un coup au marché", a affirmé Jack de Gan (Harbor Advisory). "Le marché attendait des signes montrant que la reprise est bien là mais les chiffres n'ont fait que mettre en lumière la persistance des problèmes de la zone euro".

"L'indice Philly Fed a été étonnamment faible et ne fait qu'ajouter aux inquiétudes sur la persistance de la croissance", a dit de son côté Brad Sorensen (Charles Schwab). "La seule croissance qu'on observe est molle".

Le S&P-500 et le Nasdaq ont subi mercredi leur plus forte baisse de l'année, les propos de la Réserve fédérale - tels que figurant dans le compte rendu de sa dernière réunion - ayant fait craindre qu'elle réfléchisse à deux fois avant de lancer de nouveaux stimulants économiques.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS