Après le choc Royal, la BPI tient son premier conseil

jeudi 21 février 2013 18h30
 

DIJON, Côte-d'Or (Reuters) - La Banque publique d'investissement a tenu jeudi son premier conseil d'administration après l'annonce de la nomination de Ségolène Royal à sa vice-présidence, une décision qui a relancé les critiques de "copinage" envers l'exécutif.

La nouvelle entité, dont l'Etat et la Caisse des dépôts (CDC) sont actionnaires à 50%-50%, regroupe les dispositifs publics de financements et d'investissements dans les entreprises existantes. Elle devrait être totalement opérationnelle courant mai, après un deuxième conseil d'administration en avril.

En attendant, ses produits sont disponibles auprès d'Oséo et de la CDC notamment. La BPI cible les PME et les entreprises de taille intermédiaire, avec la possibilité d'intervenir pour "stabiliser l'actionnariat de grandes entreprises".

Elle doit disposer au total d'une capacité d'action de 42 milliards d'euros par an, dont 20 pour le financement, 12 pour les garanties et 10 milliards sur cinq ans pour les investissements en fonds propres, à raison de 2 milliards par an.

"La BPI est le grand partenaire public des PME en matière de financement", a dit le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, lors d'un point de presse, à Dijon (Côte-d'Or). "Elle doit être le porte-avions de la compétitivité française."

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a salué la création d'"une banque plus patiente et moins gourmande" avec laquelle "ce n'est pas le court terme, qui est la maladie obsessionnelle de la finance".

"C'est la banque de la reconstruction industrielle", a-t-il ajouté, en soulignant le soutien aux filières industrielles que permettra la BPI.

Le président de la BPI, Jean-Pierre Jouyet, ami de François Hollande et directeur général de la CDC, avait auparavant balayé devant des journalistes les critiques de la droite sur la nomination de Ségolène Royal, ancienne compagne du chef de l'Etat et présidente de la région Poitou-Charentes.

"Qu'il y ait un tandem entre un haut fonctionnaire que je suis et une représentante de région, compte tenu de l'implication des régions dans la BPI, me paraît logique", a-t-il dit à des journalistes.   Suite...

 
Jean-Pierre Jouyet, président de la BPI. La Banque publique d'investissement a tenu jeudi son premier conseil d'administration après l'annonce de la nomination de Ségolène Royal à sa vice-présidence, une décision qui a relancé les critiques de "copinage" envers l'exécutif. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen