Net recul à la clôture des Bourses européennes

jeudi 21 février 2013 18h25
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en net recul jeudi, des indicateurs économiques décevants publiés en Europe et aux Etats-Unis étant venus s'ajouter à la crainte d'une réduction des injections de liquidités de la Fed pour jeter un coup de froid sur les marchés.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en baisse de 2,29% à 3.624,80 points. Le Footsie britannique a perdu 1,62% et le Dax allemand a reculé de 1,88%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a abandonné 2,29%, plombé par les bancaires et les cycliques.

En Europe, la journée a été marquée par l'annonce d'un recul inattendu de l'indice PMI flash des services en février en zone euro et la poursuite de la baisse de l'activité manufacturière, suggérant une poursuite de la contraction du PIB au premier trimestre.

Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont été plus élevées que prévu et la croissance de l'activité manufacturière a ralenti en février.

Wall Street avait déjà accusé des pertes sensibles mercredi, les "minutes" de la dernière réunion de la Réserve fédérale américaine ayant laissé entendre que la Fed pourrait devoir ralentir le rythme de ses rachats d'actifs, voire les interrompre, avant que les objectifs en matière d'emploi qui ont été assignés à ce programme soient atteints.

L'indice automobile a ainsi abandonné 2,5%, celui de la construction 2,15% et celui des banques 2,48%, premiers touchés par la mauvaise conjoncture. BNP Paribas, Société générale et Crédit agricole ont perdu environ 4,5%.

La Bourse de Milan a perdu 3,13%, en première ligne face à l'incertitude concernant l'issue des élections législatives des 24 et 25 février en Italie. Madrid a perdu 1,82%.

Axa a cédé 3,14% après ses résultats, marqués par une baisse de 4% de son résultat net et Allianz de 2,44% après ses propres résultats.

Seule hausse de l'EuroStoxx50, Schneider a pris 2,31% après avoir prévu une légère reprise de sa croissance et une possible amélioration de ses marges en 2013.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES