Office Depot et OfficeMax officialisent leur fusion

mercredi 20 février 2013 21h47
 

par Phil Wahba

(Reuters) - Office Depot et OfficeMax ont officialisé mercredi leur projet de fusion d'un montant de 1,17 milliard de dollars (875 millions d'euros), confirmant un accord annoncé d'abord par inadvertance par Office Depot avant sa conclusion.

Le rapprochement des deux groupes, sous la forme d'une offre publique d'échange d'actions, donnera naissance à un géant des solutions de bureau pesant 18 milliards de dollars de chiffre d'affaires, qui concurrencera frontalement Staples, l'actuel numéro un du marché.

Les actionnaires d'OfficeMax recevront 2,69 actions ordinaires d'Office Depot pour chaque titre ordinaire apporté à l'offre, soit l'équivalent de 13,50 dollars par action compte tenu des quelque 86,7 millions de titres en circulation.

OfficeMax a précisé que son actionnaire BC Partners et ses affiliés avaient décidé de voter en faveur de la fusion.

Le projet de mariage des deux distributeurs de fournitures de bureau avait été révélé dès lundi soir par le Wall Street Journal, et l'information avait fait bondir l'action OfficeMax de 20% le lendemain à Wall Street.

Mais elle chutait de 11,69% à 11,48 dollars mercredi vers 20h40 GMT, après une pointe à 14,91 plus tôt dans la séance. Office Depot reculait pour sa part de 22,11% à 3,91 dollars après avoir bondi de plus de 9% dans les premiers échanges.

Le titre Staples cédait 6,72% à 13,66 dollars.

Office Depot a dans un premier temps publié un communiqué sur ses résultats trimestriels au bas duquel figuraient les détails de l'OPE. Le groupe a ensuite retiré ce texte de son site internet, une source indiquant alors que ce n'était qu'un projet de communiqué et que l'accord n'était pas encore finalisé.   Suite...

 
Office Depot et OfficeMax ont officialisé mercredi leur projet de fusion d'un montant de 1,17 milliard de dollars (875 millions d'euros), confirmant un accord annoncé d'abord par inadvertance par Office Depot avant sa conclusion. /Photos d'archives/REUTERS/Mike Blake et Joshua Lott