Lafarge accélère ses économies, croissance en vue en 2013

mercredi 20 février 2013 12h55
 

par Gilles Guillaume et Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Lafarge, dont les comptes sont repassés dans le vert au quatrième trimestre 2012, a accéléré ses réductions de coûts et maintient son objectif de désendettement pour 2013, année où la croissance devrait être tirée par les émergents et l'Amérique du Nord.

Le numéro un mondial du ciment, numéro deux des granulats et numéro quatre du béton, dont la dette a été placée dans la catégorie "junk" (spéculative) par Standard & Poor's et Moody's, a annoncé mercredi un bénéfice net de 100 millions d'euros au quatrième trimestre contre une perte de 3 millions un an plus tôt.

"L'année 2012 montre une progression rapide sur nos deux leviers de croissance qui sont l'innovation et la réduction des coûts", a déclaré Bruno Lafont, PDG de Lafarge, au cours d'une conférence de presse.

"Nous allons encore accélérer en 2013 et cette accélération va nous permettre de réaliser dès fin 2014 la quasi-totalité de notre plan stratégique 2012-2015 dont l'objectif est de générer un Ebitda additionnel de 1,75 milliard d'euros", a-t-il ajouté.

La contribution de ces mesures à l'Ebitda cette année devrait atteindre 650 millions d'euros, dont 450 millions liés aux économies sur les frais généraux et la facture énergétique. L'objectif annuel de réductions de coûts était jusqu'à présent de 350 millions.

Le groupe a également optimisé son organisation autour d'une structure par pays et réduit l'an dernier de 4% environ son effectif global. Interrogé sur l'éventualité de fermer des sites en France, Bruno Lafont a répondu qu'il n'en avait toujours pas l'intention. "Pour le reste (des pays), nous restons pragmatiques", a-t-il ajouté.

"DÉSINVESTISSEMENTS CIBLÉS"

Dans ce contexte, Lafarge a maintenu son objectif de ramener sa dette à moins de dix milliards d'euros le plus tôt possible en 2013, sans précision sur le calendrier. Il a sécurisé à ce jour 900 millions d'euros de cessions d'actifs, sur un objectif d'un milliard sur l'année écoulée.   Suite...

 
Bruno Lafont, PDG de Lafarge. Le numéro un mondial du ciment, qui annonce un résultat net en repli de 27% à 432 millions d'euros en 2012, prévoit toujours d'atteindre son objectif de désendettement dès cette année. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen