Accor accélère sa restructuration

mercredi 20 février 2013 11h50
 

par Noëlle Mennella

PARIS (Reuters) - Accor veut accélérer la restructuration de ses hôtels et réaliser 100 millions d'euros d'économies entre 2013 et 2014 pour limiter l'impact de l'augmentation de ses coûts en Europe, qui a été essentiellement compensée l'an dernier par des hausses de prix.

Le quatrième groupe hôtelier mondial mène une stratégie dite "asset light", visant à réduire progressivement la part de ses hôtels en location et en propriété, afin de développer la part des franchises et des contrats de gestion, qui mobilisent moins de capitaux.

Il compte passer à la vitesse supérieure d'ici à 2016 en restructurant 800 hôtels, ce qui aura un impact négatif de 2 milliards d'euros sur son chiffre d'affaires mais réduira d'autant sa dette nette retraitée.

En outre, Accor prévoit un plan d'économies de 100 millions d'euros sur deux ans afin d'alléger ses coûts de fonctionnement et faire face à la récession qui s'installe en Europe du Sud, a expliqué le PDG, Denis Hennequin, lors d'une réunion d'information.

Au final, à l'horizon 2016, Accor prévoit que sa marge sur résultat d'exploitation devrait être améliorée à plus de 15% avec un ROCE supérieur à 18%.

Dans le même temps, ses investissements de développement passeront d'une enveloppe annuelle de 250 millions d'euros en 2012 à un budget compris entre 100 et 150 millions d'euros par ans d'ici à 2016 dédiés essentiellement aux hôtels économiques des villes mondiales considérées comme stratégiques.

Vers 11h35, l'action Accor cédait 3,1% à 28,17 euros, ramenant sa capitalisation boursière à 6,4 milliards d'euros.

Au regard du plan annoncé à l'horizon 2016 et des économies projetées, l'objectif de marge est peu ambitieux, juge un analyste sous couvert d'anonymat.   Suite...

 
Denis Hennequin, PDG d'Accor. Le groupe hôtelier annonce une accélération de son plan de transformation en publiant pour l'exercice 2012 des résultats placés sous le signe d'une hausse continue de ses prix et de la cession de Motel 6, sa filiale américaine. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen