Le prêt-à-porter chute en France mais progresse à l'export

mardi 19 février 2013 17h39
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Le marché français du prêt-à-porter féminin devrait accuser un nouveau recul en 2013, après une chute de 2,8% en 2012, contrastant avec le dynamisme du secteur à l'exportation.

Plombées par la crise et la montée du chômage, les ventes d'habillement féminin ont reculé à 11,0 milliards d'euros l'an dernier, et "2013 devrait malheureusement beaucoup ressembler à 2012", a déclaré à la presse mardi François-Marie Grau, secrétaire général de la Fédération française du prêt-à-porter féminin.

A l'inverse, les entreprises françaises de prêt-à-porter (au nombre de 3.000 environ), qui ont dégagé un chiffre d'affaires cumulé de 5,0 milliards d'euros, restent très dynamiques à l'export, où elles réalisent environ la moitié de leurs ventes.

"La mode française est demandée à l'international et c'est encourageant", s'est félicité Jean-Pierre Mocho, président de la fédération professionnelle, qui compte notamment parmi ses membres les marques Zadig & Voltaire, René Derhy, Zapa, Bérénice, Gérard Darel, Anne Fontaine, Côtélac ou encore les Ateliers de la maille.

En progression continue depuis 2010, les exportations de marques françaises ont augmenté de 3,4% l'an dernier, profitant notamment de la baisse de l'euro face au dollar, pour atteindre 2,650 milliards d'euros.

Mais, crise européenne oblige, l'Italie a cédé aux Etats-Unis sa place de premier acheteur de prêt-à-porter français.

Les exportations vers l'Italie ont chuté de 13% à 229,0 millions d'euros, tandis qu'elle ont augmenté de 28% vers les Etats-Unis pour totaliser 235,7 millions d'euros (soit 9% du total). L'Espagne a conservé sa troisième place, malgré une chute de 12% liée au marasme qui frappe l'économie espagnole.

RECUL DE LA SOUS-TRAITANCE EN CHINE   Suite...

 
Le marché français du prêt-à-porter féminin devrait accuser un nouveau recul en 2013, après une chute de 2,8% en 2012, contrastant avec le dynamisme du secteur à l'exportation. /Photo d'archives/REUTERS/Miguel Vidal