Gonflement suspect sur une 2e batterie du Dreamliner 787

mardi 19 février 2013 08h49
 

TOKYO (Reuters) - Un léger gonflement a été observé sur les cellules d'une deuxième batterie au lithium-ion d'un Boeing 787 Dreamliner de la compagnie All Nippon Airways contraint de faire un atterrissage d'urgence le mois dernier, a annoncé mardi un enquêteur du Bureau japonais de sécurité des transports (JTSB).

L'avion avait été contraint de se poser au Japon après une panne de sa batterie principale.

"J'ai entendu dire qu'il y a un léger gonflement (des cellules auxiliaires). Jusqu'ici, je n'avais pas encore entendu dire qu'il y avait des dommages intérieurs", a déclaré Masahiro Kudo lors d'un point de presse à Tokyo.

Le gonflement concerne deux des huit cellules de la deuxième batterie et le JTSB poursuivra son enquête pour déterminer s'il s'agit de boursouflures normales ou non.

La batterie en question alimente les systèmes de l'avion au sol. Une enquête est en cours aux Etats-Unis sur la batterie d'un autre 787 de Boeing, appartenant à Japan Airlines, qui a pris feu alors que l'avion était stationné à l'aéroport de Boston-Logan.

Les 50 Dreamliner actuellement en service sont immobilisés au sol depuis le 16 janvier à la suite de ces incidents.

Airbus (groupe EADS), le concurrent européen de Boeing, a annoncé vendredi avoir renoncé à équiper son futur A350 de batteries au lithium-ion après les difficultés rencontrées par le Dreamliner.

Plus légères et plus puissantes que les batteries conventionnelles, les piles au lithium-ion équipent depuis des années des appareils de tous les jours tels que téléphones et ordinateurs portables mais leur utilisation dans des applications industrielles est relativement récente.

Mari Saito, Véronique Tison pour le service français, édité par Benoît van Overstraeten

 
Un léger gonflement a été observé sur les cellules d'une deuxième batterie au lithium-ion d'un Boeing 787 Dreamliner de la compagnie All Nippon Airways contraint de faire un atterrissage d'urgence le mois dernier, a annoncé mardi un enquêteur du Bureau japonais de sécurité des transports. /Photo prise le 17 décembre 2012/REUTERS/Heinz-Peter Bader