18 février 2013 / 14:48 / il y a 4 ans

La Bolivie nationalise une filiale locale d'Abertis

par Carlos Quiroga

LA PAZ (Reuters) - La Bolivie va nationaliser une filiale locale du groupe espagnol Abertis qui gère les trois principaux aéroports du pays, a annoncé lundi le président Evo Morales.

"Je veux que le peuple bolivien sache", a déclaré Evo Morales dans une allocution télévisée, accusant l'entreprise Sabsa d'avoir réalisé "un profit exorbitant à partir d'un investissement dérisoire".

"Pour cela et d'autres raisons, nous avons été obligés de prendre cette décision. Nous aurions pu le faire il y a quelques années déjà mais nous avons patienté à cause de nos relations diplomatiques avec certains pays."

La Bolivie a pris le contrôle de certaines firmes énergétiques l'an dernier, dépendant notamment des groupes espagnols Red Electrica et Iberdrola.

Un porte-parole d'Abertis à Madrid s'est refusé à commenter cette nationalisation, qui concerne la gestion des trois aéroports internationaux de Cochabamba, La Paz et Santa Cruz.

Le mois dernier, lors d'un sommet des dirigeants européens et latino-américains au Chili, le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy avait exhorté les gouvernements d'Amérique du Sud à respecter les investissements espagnols dans leurs pays.

"Il est évident que ce genre de décision, une expropriation qui court-circuite les procédures habituelles et ne respecte pas le principe de compensation (...), aura des conséquences au niveau des relations bilatérales", a déclaré le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Garcia-Margallo, à des journalistes à Madrid.

COMPENSATION

Evo Morales, proche du président vénézuélien Hugo Chavez, a été élu sur la promesse d'une redistribution des richesses dans le pays le plus pauvre d'Amérique latine.

L'une de ses premières mesures a été de nationaliser le secteur de l'énergie, principal pourvoyeur de devises du pays. L'Etat a aussi pris le contrôle d'un opérateur de télécommunications et d'entreprises minières.

Bon nombre de ces entreprises, dont Sabsa, avaient été privatisées dans les années 1990.

Sabsa - acronyme de Services des aéroports boliviens S.A. - avait obtenu en 1997 la concession pour la gestion des trois aéroports. Elle a été acquise en 2004 par Abertis, groupe espagnol spécialisé dans les infrastructures et les services aux collectivités.

Evo Morales a précisé qu'un audit indépendant serait mené pour déterminer le niveau de compensation d'Abertis. Quel qu'il soit, le niveau de l'endettement en sera déduit.

Il a ajouté que le gouvernement avait vainement négocié pendant des mois un nouveau programme d'investissements de Sabsa qui aurait porté sur environ 56 millions de dollars (42 millions d'euros).

Le 6 février, le ministre bolivien des Travaux publics avait indiqué que Sabsa projetait pour 36 millions d'investissements sur neuf ans, un montant qu'il a jugé très insuffisant.

Les responsables de Sabsa ont fait valoir dans les médias que le groupe avait arrêté ses investissements ces cinq dernières années à cause d'un gel des tarifs en vigueur depuis 2001 et du fait des risques de nationalisation du secteur.

A la Bourse de Madrid, l'action Abertis a clôturé en baisse de 1,4% à 12,70 euros, à comparer à un recul de 0,51% de l'indice Ibex 35.

Avec Jose Elias Rodriguez à Madrid, Véronique Tison pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below