La Russie pèse sur les résultats de Carlsberg

lundi 18 février 2013 11h28
 

COPENHAGUE (Reuters) - Carlsberg a annoncé lundi l'abandon de son objectif de marge bénéficiaire pour l'Europe de l'Est, invoquant la volatilité des marchés et la hausse des ses coûts, douchant les espoirs de voir cette région compenser les difficultés traversées par l'Europe de l'Ouest.

Dans la foulée de cette annonce, le titre du brasseur danois a plongé à la Bourse de Copenhague. Vers 10h15 GTM, il affichait une baisse de 6,72% à 562 couronnes danoises, accusant le repli le plus marqué des indice FTSEurofirst 300 et Euro Stoxx 600.

"La modification des objectifs financiers à long terme est sans doute l'élément le plus décevant de la publication", a commenté Morten Imsgaard, analyste chez Sydbank.

"Cela brosse le tableau d'un brasseur qui n'a pas le contrôle intégral des facteurs qui sont décisifs pour ses résultats."

Comme ses concurrents, qu'il s'agisse du numéro mondial AB Inbev, de SABMiller ou encore de Heineken, Carlsberg doit désormais miser sur les marchés émergents pour compenser la détérioration du marché d'Europe de l'Ouest, confronté à la récession, ainsi qu'à la hausse des prix de l'énergie et de certains ingrédients comme le houblon.

Le groupe, qui réalise un peu plus de 60% de ses ventes en Europe, est parvenu à s'octroyer la place de numéro un de la bière en Russie, mais ses efforts se heurtent à la volonté de Moscou d'endiguer l'alcoolisme en Russie.

Les taxes sur les boissons alcoolisées ont été relevées dans le pays et la publicité pour ces produits est désormais prohibée dans tous les médias, même sur internet.

La croissance des ventes en Russie a marqué une pause au cours du trimestre écoulé, ce qui est mieux que la baisse de 2% à 3% attendue par les analystes, mais moins bien que la hausse de 2% enregistrée au troisième trimestre.

"Plusieurs événements (...) ont et continueront d'avoir un impact sur les marges", a déclaré Carlsberg pour justifier l'abandon de son objectif d'atteindre une marge d'exploitation de 26% à 29% en Europe de l'Est d'ici 2015.   Suite...

 
Carlsberg fait état lundi de résultats trimestriels légèrement inférieurs aux attentes des analystes financiers, les ventes du brasseur danois ayant stagné en Russie et restant mitigées en Europe occidentale. /Photo d'archives/REUTERS/Nigel Roddis