Bottega Veneta va maintenir le cap de ses ouvertures

vendredi 15 février 2013 21h39
 

par Pascale Denis et Astrid Wendlandt

PARIS (Reuters) - Bottega Veneta entend accroître son réseau de magasins de 10% à 15% dans les années à venir et continuer d'investir en Europe autant que dans les pays émergents, a déclaré à Reuters le directeur général de la griffe.

La perle ultra-luxe du groupe PPR a vu ses ventes bondir de 38,5% en 2012 (+30,4% à taux constants) pour approcher le milliard d'euros (945 millions d'euros), devenant le deuxième grand pilier de la division de marques de luxe du groupe, derrière Gucci.

Célèbre pour ses sacs en cuir tressé, Bottega Veneta est aussi devenue la plus rentable grâce au poids prépondérant de la maroquinerie dans son chiffre d'affaires (85%). Sa marge opérationnelle a ainsi atteint le niveau record de 31,8%, dépassant celle de Gucci (31%).

La griffe récolte les fruits d'un positionnement à la fois discret et très haut de gamme (son best-seller, le cabas, commence à 5.000 euros) qui colle à l'évolution de la demande, à l'image d'Hermès qui connaît lui aussi un des plus fort taux de croissance de l'industrie.

"Je pense que Bottega Veneta profite de son positionnement très clair sur un segment du marché qui vise une clientèle sophistiquée et non ostentatoire et qui connaît aujourd'hui la plus forte croissance de l'industrie du luxe", a estimé Marco Bizzarri lors d'une interview à Reuters.

Elle dispose encore, selon lui, d'un "très fort potentiel de croissance", qu'il explique par la tendance de fond tirant les clients du luxe vers les produits indémodables et sans logo.

Pour 2013, "la croissance devrait rester très dynamique dans tous nos marchés. Il n'y a pas de raison, sauf choc externe majeur, pour que la tendance change", a précisé le directeur général.

ÉQUILIBRER LES INVESTISSEMENTS   Suite...

 
Marco Bizzari, directeur général de Bottega Veneta. La perle ultra-luxe du groupe PPR, qui a vu ses ventes bondir de 38,5% en 2012 à 945 millions d'euros, veut accroître son réseau de magasins de 10% à 15% dans les années à venir et continuer d'investir en Europe autant que dans les pays émergents /Photo prise le 14 février 2013/REUTERS/Charles Platiau