Renault résiste à la crise, perte record pour PSA

jeudi 14 février 2013 17h32
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Renault a résisté en 2012 à la crise du marché automobile en Europe grâce au low cost et à sa présence à l'international, deux atouts qui manquent encore à PSA Peugeot Citroën, lourdement déficitaire l'an dernier.

Renault est parvenu à dégager un bénéfice net annuel de 1,8 milliard d'euros, aidé cependant par la cession de ses actions dans le suédois Volvo. Mais sa performance financière et ses prévisions pour 2013 contrastent fortement avec celles de PSA, le premier constructeur automobile français.

PSA a publié une perte record de cinq milliards d'euros, creusée par des dépréciations d'actifs massives dans sa division automobile. Le résultat opérationnel courant de cette branche a fait apparaître une perte de 1,5 milliard d'euros, contre une marge opérationnelle négative de seulement 25 millions pour la division auto de Renault.

"C'est une publication qui confirme que Renault est le plus 'sain' des constructeurs latins", commente Aurel BGC dans une note de recherche.

Si Renault a souffert comme PSA et les autres constructeurs généralistes du marasme qui sévit depuis l'été 2011 sur le marché automobile européen, il a encaissé le choc grâce à sa présence hors d'Europe, qui représente désormais plus de la moitié de ses ventes contre 38% pour PSA.

Renault a également été aidé par son alliance avec Nissan, dont la contribution aux bénéfices lui a permis de relever fortement son dividende, alors que PSA vient seulement de concrétiser les premiers volets de son partenariat avec General Motors. L'américain, qui a déprécié la moitié de son investissement dans PSA, a fait savoir qu'il n'avait "pas l'intention de mettre plus de cash dans Peugeot".

LA DETTE DE FAURECIA A DÉRAPÉ

Renault profite en outre du succès de sa gamme low cost Dacia, où les marges oscillent entre 8% et 10% contre moins de 2% à l'échelle du groupe, alors que PSA, concentré sur sa montée en gamme, a hésité jusqu'ici à explorer ce segment de marché.   Suite...

 
Renault a résisté en 2012 à la crise du marché automobile en Europe grâce au low cost et à sa présence à l'international, deux atouts qui manquent encore à PSA Peugeot Citroën, lourdement déficitaire l'an dernier. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau et Vincent Kessler