EDF augmente son dividende et négocie ses tarifs en France

jeudi 14 février 2013 13h05
 

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - EDF a annoncé jeudi une hausse surprise de son dividende et a fait savoir qu'il discutait avec l'Etat en vue d'obtenir des augmentations de tarifs lui permettant de financer ses investissements en France.

L'électricien public, dont l'Etat détient 84% du capital, a également publié des bénéfices en hausse au titre de 2012, confirmant cependant que son résultat brut d'exploitation (Ebitda) pourrait ne pas croître en 2013 en raison de la dégradation de l'environnement économique.

"Il s'agit d'abord (en 2013) de tracer avec les autorités publiques une trajectoire tarifaire capable de donner de la visibilité à l'ensemble du secteur et de ses acteurs", a déclaré son PDG Henri Proglio lors d'une conférence avec la presse et les analystes.

"Au fond, nous avons besoin de visibilité (...), je pense qu'on aura au cours de l'année 2013 pas mal de réponses à donner et donc une trajectoire plus facile à élaborer", a-t-il ajouté.

Contraint d'investir massivement dans son parc de production et ses réseaux de distribution, EDF souhaite en particulier une revalorisation de la part des tarifs correspondant à la production de base en France, assurée essentiellement par le nucléaire, qui représente 27% de la facture des ménages.

Le groupe attend également de l'Etat qu'il établisse avant la fin de l'année une formule fixant les hausses du prix auquel il doit vendre une partie de son nucléaire à la concurrence (Arenh).

Ce prix atteint 42 euros depuis début 2012. Révisé chaque année, il doit être intégré dans les tarifs d'ici à 2016, au même titre que les coûts d'acheminement et de commercialisation de l'électricité, en vertu de la loi sur la nouvelle organisation du marché de l'électricité (Nome).

EDF a également annoncé un dividende de 1,25 euro par action au titre de l'exercice 2012, contre 1,15 euro au titre de 2011 et 1,16 euro attendu selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.   Suite...

 
Henri Proglio, PDG d'EDF. L'électricien annonce une hausse surprise de son dividende et un allègement de sa dette lié à la reconnaissance d'une créance de la part de l'Etat, sur fond de résultats 2012 en hausse, grâce notamment au rachat de l'italien Edison. /Photo prise le 14 février 2013/REUTERS/Philippe Wojazer