ArcelorMittal éconduit l'UE et poursuit sa restructuration

mardi 12 février 2013 20h30
 

par Julien Ponthus et Philip Blenkinsop

PARIS/BRUXELLES (Reuters) - Poursuivant son bras de fer avec les dirigeants de l'Union européenne, ArcelorMittal a refusé mardi de reporter la restructuration de ses aciéries à l'adoption prévue en juin d'un plan destiné à relancer la sidérurgie en Europe.

Cette fin de non recevoir intervient alors que François Hollande et le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker ont plaidé mardi à Paris pour la constitution d'un front commun afin d'empêcher le PDG d'ArcelorMittal de jouer un pays contre un autre dans les fermetures de sites.

"Il est impossible pour ArcelorMittal de retarder le déroulement de la phase d'information-consultation relative aux plans de restructuration", a déclaré dans un communiqué le numéro un mondial de l'acier, répondant ainsi par la négative à l'appel lancé mardi par le commissaire européen à l'Industrie.

"La situation économique en Europe est extrêmement fragile et cela a eu pour effet de considérablement diminuer la demande d'acier. Ne pas prendre de mesure pour répondre à cette situation ne ferait qu'affaiblir l'entreprise en Europe."

Le commissaire Antonio Tajani présidait mardi à Bruxelles une table ronde sur l'avenir du secteur avec 13 ministres de l'Industrie de l'Union européenne, dont le Français Arnaud Montebourg et ses homologues luxembourgeois et belge.

"Mittal est sur la sellette", a commenté sur son compte Twitter le ministre du Redressement productif.

L'absence mardi à Bruxelles de Lakshmi Mittal, victorieux en 2006 d'un raid sur Arcelor, a provoqué l'irritation de François Hollande et de Jean-Claude Juncker, dont le pays abrite le siège social du groupe.

Le Premier ministre luxembourgeois a jugé le comportement du milliardaire indien "pas convenable" et a promis qu'il n'échapperait pas à une confrontation.   Suite...

 
Poursuivant son bras de fer avec les dirigeants de l'Union européenne, ArcelorMittal a refusé mardi de reporter la restructuration de ses aciéries à l'adoption prévue en juin d'un plan destiné à relancer la sidérurgie en Europe. /Photo d'archives/REUTERS