Gorgé de cash, L'Oréal évoque des acquisitions

mardi 12 février 2013 19h30
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - L'Oréal, fort d'une trésorerie pléthorique, s'est dit prêt à une éventuelle acquisition stratégique, alors qu'une échéance importante se profile à l'horizon 2014 avec la fin du pacte d'actionnaires entre la famille Bettencourt et le suisse Nestlé.

Le groupe, qui n'est pas endetté, a fait état lundi soir, en même temps que de résultats annuels jugés solides, d'une trésorerie nette totalisant 1,5 milliard d'euros.

Par ailleurs, sa participation de 8,9% dans Sanofi, qu'il a toujours considérée comme financière, est valorisée, aux cours actuels du laboratoire pharmaceutique, à 8,3 milliards d'euros.

Or, malgré une imposante puissance de feu, L'Oréal a opté ces dernières années pour de petites acquisitions ciblées, comme les vernis à ongles Essie, les savons Cadum, les brosses esthétiques Clarisonic et, tout récemment, les produits de maquillage Urban Decay.

"Nous sommes toujours prêts à une acquisition importante (...) Tout est possible. Le fait d'avoir un trésor de guerre est une bonne chose dans le monde d'aujourd'hui", a déclaré Jean-Paul Agon, PDG de L'Oréal, lors l'une conférence consacrée aux résultats annuels du groupe.

"Si demain une opportunité importante se présentait, nous aurions les moyens de réaliser une telle opération", a-t-il dit.

Il n'a pas donné davantage d'indication, écartant cependant la possibilité d'un rachat d'un acteur de la vente directe, alors que des spéculations prêtent régulièrement au français des visées sur l'américain Avon, le brésilien Natura ou le suédois Oriflames.

PEU DE CIBLES, NESTLÉ EN LIGNE DE MIRE   Suite...

 
L'Oréal, fort d'une trésorerie pléthorique, s'est dit prêt à une éventuelle acquisition stratégique, alors qu'une échéance importante se profile à l'horizon 2014 avec la fin du pacte d'actionnaires entre la famille Bettencourt et le suisse Nestlé. /Photo d'archives/REUTERS/Ints Kalnins