De nouveaux rachats pour L'Oréal après un cru 2012 jugé solide

lundi 11 février 2013 21h32
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - L'Oréal a publié lundi des résultats en nette hausse, marqués par une amélioration de la rentabilité mais aussi par un ralentissement de la cadence dans sa division de produits de luxe.

Les ventes du numéro un mondial des cosmétiques ont progressé de 10,4% pour atteindre 22,46 milliards d'euros, dépassant légèrement le consensus Thomson Reuters de 22,3 milliards, et signant une hausse de 5,5% à données comparables.

La dynamique a été portée par la bonne tenue du marché nord-américain (+7,2%), l'Asie-Pacifique (+9,6%) et l'Amérique latine (+10,4%), qui a permis de compenser l'atonie d'une Europe de l'Ouest en crise (+0,6%).

Sur le seul quatrième trimestre, sa croissance organique est ressortie à 5,3%, en légère amélioration par rapport à un troisième trimestre qui avait déçu (+4,6%).

Cette progression a été largement tirée par les produits grand public (L'Oréal Paris, Garnier, Maybelline), première division du groupe, dont la croissance s'est accélérée à 5,8% au quatrième trimestre, après 4,9% sur neuf mois.

A l'inverse, le ralentissement s'est poursuivi dans les produits de luxe (Lancôme, Armani, Kiehl's, YSL Beauté), avec une croissance organique limitée à 6,2% au quatrième trimestre après 9,1% sur neuf mois. Au total, la division signe une croissance organique de 8,3% sur l'année, comparable à celle des parfums et cosmétiques de LVMH (Dior, Givenchy, Guerlain) (+8%).

Le résultat d'exploitation, de 3,69 milliards d'euros (consensus de 3,66 milliards), affiche une progression de 12,3%, tandis que la marge s'améliore de 30 points de base à 16,5%.

BAISSE DES DÉPENSES PUBLICITAIRES   Suite...

 
L'Oréal, qui a livré lundi des résultats 2012 proches des attentes des analystes, prévoit un nouveau programme de rachat d'actions totalisant 500 millions d'euros, permis par une trésorerie pléthorique. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau