Les Bourses européennes clôturent sur une note prudente

lundi 11 février 2013 18h12
 

PARIS/NEW YORK (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé sur une note prudente en l'absence de tout indicateur ou résultat de société susceptible d'influencer la tendance.

La journée est surtout marquée par le rebond de l'euro après le plus bas de deux semaines touché en fin de semaine dernière, dans un contexte de nervosité lié aux craintes de "guerre des monnaies".

L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 a terminé la séance en repli de 0,29% à 2.622,61 points. A Paris, le CAC 40 a fini in extremis dans le vert, gagnant 1,08 point, soit 0,03%, à 3.650,58 points. Le Footsie britannique a pris 0,21% mais le Dax allemand a abandonné 0,24%.

La séance européenne a été animée entre autres par la chute de 13,2% du groupe pharmaceutique danois Novo Nordisk après une décision des autorités de santé américaines défavorable à son nouveau traitement du diabète, décision qui a bénéficié en revanche à son rival Sanofi (+3,4%).

Autre valeur en vue, le distributeur néerlandais Ahold a pris 3,77% après la cession de l'enseigne suédoise ICA.

Le marché des changes reste animé par les débats sur les velléités de dévaluation compétitive prêtées à certains gouvernements. L'euro, qui avait enchaîné trois séances consécutives de repli la semaine dernière, a repris du terrain face au dollar et au yen avant la réunion de l'Eurogroupe à Bruxelles et celle des ministres des Finances et banquiers centraux du G20 à Moscou en fin de semaine. Deux sources du G20 ont expliqué à Reuters que le G7 pourrait publier cette semaine un communiqué pour réaffirmer leur détermination à laisser le marché déterminer les taux de change.

Ce rebond s'est amplifié après les propos de Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, jugeant inopportun un débat sur une possible surévaluation de la monnaie unique.

Sur le marché obligataire, les rendements des emprunts d'Etat italiens et espagnols ont légèrement augmenté, continuant de souffrir des incertitudes politiques dans chacun des deux pays.

Quant au marché pétrolier, il évolue en ordre dispersé, le Brent cédant un demi-dollar, à près de $118,50, tandis que le brut léger américain progresse de plus d'un dollar, à près de 97 dollars.

Marc Angrand pour le service français, édité par Nicolas Delame

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES