Feu vert provisoire de la CE à l'aide à PSA Finance

lundi 11 février 2013 14h27
 

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a annoncé lundi avoir accordé un feu vert provisoire à la garantie de l'Etat français de 1,2 milliard d'euros accordée à Banque PSA Finance, filiale de crédit automobile de PSA Peugeot Citroën.

L'exécutif européen a précisé qu'il prendrait une décision définitive une fois que la France aurait présenté un plan de restructuration.

"C'est conforme au calendrier. On attend une réponse définitive d'ici l'été", a déclaré un porte-parole du groupe automobile.

Interrogé sur le plan de restructuration demandé, il a répondu : "On est en train de conduire un plan de restructuration industrielle qui va impacter le groupe dans sa globalité."

PSA, deuxième constructeur automobile européen, a annoncé fin octobre le plan de soutien de l'Etat français à sa filiale de crédit. Le groupe avait annoncé l'été dernier 8.000 suppressions d'emplois et la fermeture de son usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

"Nous nous attendons à ce que la France nous fasse part de son plan de restructuration, non seulement sur la question de la filiale financière mais sur l'ensemble du groupe PSA parce que cette aide bénéficie également à l'ensemble du groupe", a dit un porte-parole de la Commission.

La France devra garantir que Banque PSA Finance, qui apporte des crédits aux acquéreurs de véhicules Peugeot et Citroën tout en apportant un financement plus large au groupe et PSA dans son ensemble seront viables sur le long terme sans financement public.

En Bourse à 14h05, le titre PSA avançait de 2,04% à 6,11 euros alors que l'indice regroupant les valeurs automobiles européennes cédait 0,5%.

John O'Donnell, avec Gilles Guillaume à Paris, Benoit Van Overstraeten et Nicolas Delame pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

 
La Commission européenne a accordé un feu vert provisoire à la garantie de l'Etat français de 1,2 milliard d'euros accordée à Banque PSA Finance, la filiale de crédit automobile en difficulté de PSA Peugeot Citroën. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard