Wall Street pourrait marquer le pas

dimanche 10 février 2013 21h11
 

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK (Reuters) - Les marchés américains ont l'habitude de réaliser de bonnes performance au mois de janvier, qui sont généralement suivies par des mois de surplace.

Cela a été le cas en 2011 et 2012 et certains analystes pensent que 2013 pourrait suivre le même schéma. Les marchés sont montés plus rapidement cette année à la suite de l'accord sur le "mur budgétaire", mais le débat autour du relèvement du plafond de la dette pourrait remettre en question ses gains.

"C'est presque la copie conforme de l'an dernier", note Alan Lancz, chez Alan B. Lancz & Associates à Toledo dans l'Ohio.

L'état d'esprit consiste à "surfer sur la vague comme on peut et à essayer d'être le dernier à en tomber", dit-il.

Les indices de Wall Street ont franchi des seuils clé - de 1.500 pour le S&P 500 et 14.000 pour le Dow Jones. Le S&P est à son plus haut niveau en 5 ans et le Nasdaq a fini vendredi à son plus haut depuis novembre 2000, à la fin de la bulle internet.

Dans ce contexte, Wall Street pourrait stagner dans l'attente de nouveaux catalyseurs, certains investisseurs se demandant s'il n'est temps de prendre ses profits, les marchés étant plus vulnérables aux chocs après des gains rapides.

L'un des risques majeurs pour le marché est celui de voir l'économie américaine être brutalement confrontée à 85 milliards de dollars (63,6 milliards d'euros) de baisses automatiques des dépenses fédérales à partir du mois de mars.

Ce risque a été largement ignoré jusqu'à présent par les investisseurs, mais s'il se concrétise, il pourrait entraîner un ralentissement de la croissance, selon le bureau budgétaire du Congrès américain. Bien que ce risque ne soit pas aussi menaçant que celui de voir l'Etat américain faire défaut en cas d'incapacité à relever le plafond de la dette, il peut peser.   Suite...

 
Les marchés américains ont l'habitude de réaliser de bonnes performance au mois de janvier, qui sont généralement suivies par des mois de surplace. Cela a été le cas en 2011 et 2012 et certains analystes pensent que 2013 pourrait suivre le même schéma. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Thayer