Airbus pourrait renoncer aux batteries au lithium-ion sur l'A350

vendredi 8 février 2013 17h51
 

par Tim Hepher

PARIS (Reuters) - Airbus étudie l'éventualité de renoncer aux batteries au lithium-ion pour en adopter de plus traditionnelles sur son nouvel appareil A350, alors qu'une enquête est en cours sur les problèmes de batteries rencontrés par le Boeing 787, ont déclaré vendredi plusieurs sources au fait du dossier.

Le secteur de l'aéronautique se demande plus généralement si cette technologie puissante et légère, mais aussi fragile est bien arrivée à maturité, ont ajouté les sources.

Professionnels, assureurs et responsables de la sécurité ont dit à Reuters que cette technologie suscite beaucoup de doutes dans la mesure où les enquêteurs ont toutes les peines du monde à déterminer la cause des incidents qui ont abouti à immobiliser au sol les Dreamliner 787 de Boeing.

"C'est peut-être bien l'avenir mais pour l'heure c'est une question de maturité. Les informations sur les deux incidents n'ont rien de rassurant", a dit une personne au fait des discussions dans le secteur aérien.

Le Bureau national de sécurité des transports (NTSB) américain a besoin de revoir les conditions dans lesquelles le Dreamliner a obtenu sa certification en 2007, a déclaré jeudi sa présidente Deborah Hersman, laissant entendre que l'immobilisation au sol de la cinquantaine d'avions en service risque de se prolonger.

Un porte-parole d'Airbus a indiqué que l'avionneur étudierait et évaluerait les conclusions de l'enquête en cours sur le Dreamliner. "N'allons pas plus vite que la musique", a-t-il déclaré.

Airbus a indiqué la semaine dernière qu'en cas de changement dans la réglementation, il disposait d'un plan B et de temps pour y répondre.

Les experts disent toutefois que si l'enquête sur le 787 n'apporte pas rapidement des réponses claires, l'avionneur européen risque de devoir opter pour une solution alternative afin de parer à tout risque potentiel.   Suite...

 
Airbus étudie l'idée de revenir à des batteries traditionnelles sur l'A350 et d'abandonner la technologie lithium-ion, qui est au coeur de l'enquête sur les incidents rencontrés par le Dreamliner du concurrent Boeing, selon des sources au fait du dossier. /Photo prise le 23 octobre 2012/REUTERS/Jean-Philippe Arles