Le régulateur US poursuit son enquête sur le Boeing 787

jeudi 7 février 2013 22h52
 

WASHINGTON (Reuters) - Le Bureau national de sécurité des transports (NTSB) américain a besoin de revoir les conditions dans lesquelles le Boeing 787 Dreamliner a obtenu sa certification en 2007, a déclaré jeudi sa présidente, laissant entendre que l'immobilisation au sol de la cinquantaine d'avions en service durera encore un moment.

Lors d'une conférence de presse, Deborah Hersman a expliqué que le NTSB devait se pencher sur les "conditions particulières" qui ont permis d'homologuer les batteries lithium-ion à l'origine d'incidents à répétition sur les 787 en janvier.

Le Dreamliner est cloué au sol depuis le 16 janvier, ce qui a occasionné des pertes de millions de dollars pour les compagnies clientes, notamment au Japon.

"Il y eu deux incidents impliquant les batteries qui ont provoqué l'émission de fumée, à moins de deux semaines d'intervalle, sur deux avions différents", a relevé Deborah Hersman. "Les hypothèses qui ont permis de certifier les batteries doivent être reconsidérées".

En 2007, les tests d'homologation avaient conclu que le risque de dégagement de fumée d'une batterie du 787 était d'une fois sur 10 millions d'heures de vol.

Or les 50 avions en service ont effectué au total moins de 100.000 heures de vol, a souligné Deborah Hersman.

Le NTSB, a-t-elle ajouté, a établi que l'incendie d'une batterie à bord d'un appareil stationné à l'aéroport de Boston le 7 janvier était parti d'une seule des huit cellules de la batterie, mais la cause du sinistre reste à déterminer.

Le NTSB promet de communiquer un nouveau rapport d'étape dans 30 jours.

Le NTSB conduit son enquête avec la collaboration de Boeing, du groupe japonais GS Yuasa - le fabricant des batteries mises en cause -, de la direction de l'aviation civile américaine (FAA) et d'experts de plusieurs autres agences fédérales américaines.

Jim Wolf, Véronique Tison pour le service français

 
Conférence de presse à Boston sur le Boeing 787. Le Bureau national de sécurité des transports (NTSB) américain a besoin de revoir les conditions dans lesquelles le 787 Dreamliner a obtenu sa certification en 2007, a déclaré jeudi sa présidente, laissant entendre que l'immobilisation au sol de la cinquantaine d'avions en service durera encore un moment. Le Dreamliner est cloué au sol depuis le 16 janvier, ce qui a occasionné des pertes de millions de dollars pour les compagnies clientes. /Photo prise le 7 février 2013/REUTERS/Yuri Gripas