Les ventes d'horlogerie-bijouterie en repli de 2% en 2012

jeudi 7 février 2013 19h58
 

PARIS (Reuters) - Rattrapé par la crise, le marché français de l'horlogerie-bijouterie a accusé un repli de 2% en valeur en 2012, après deux années consécutives de hausse, selon les chiffres publiés jeudi par le comité professionnel Francéclat.

Tous circuits de distribution confondus, les ventes de montres et de bijoux ont totalisé 5,35 milliards d'euros l'an dernier, contre 5,5 milliards un an plus tôt.

"La tendance s'est dégradée au deuxième semestre et ne s'est pas améliorée en décembre, un mois crucial qui compte pour 20% du chiffre d'affaires annuel de la profession", a précisé Hubert Lapipe, directeur général de Société 5, spécialisée dans les études de marché.

Ce recul s'explique principalement par la forte baisse des achats de bijoux en or, qui pèsent pour 44% du chiffre d'affaires de l'ensemble du secteur, et qui ont reculé de 7% à 2,3 milliards d'euros.

A l'inverse, les achats de montres sont restés solides, affichant une progression de 4% à 1,4 milliard d'euros (26% du chiffre d'affaires du secteur).

Sans surprise, alors que les produits de luxe ont résisté à la dégradation de l'économie européenne grâce aux achats des touristes étrangers, les ventes des montres à plus de 3.000 euros ont grimpé de 17% l'an dernier, tandis que celles de la catégorie intermédiaire, vendues entre 1000 et 3000 euros, ont plongé de 16%.

Dans la bijouterie-joaillerie également, les pièces à plus de 3.000 euros ont vu leurs ventes augmenter de 8%.

Pascale Denis, édité par Benoît Van Overstraeten

 
Rattrapé par la crise, le marché français de l'horlogerie-bijouterie a accusé un repli de 2% en valeur en 2012, après deux années consécutives de hausse, selon les chiffres publiés jeudi par le comité professionnel Francéclat. /Photo d'archives/REUTERS/Giampiero Sposito