Baisse du déficit commercial en 2012

jeudi 7 février 2013 13h04
 

PARIS (Reuters) - Le déficit commercial de la France s'est contracté en 2012 d'un peu moins de 10% par rapport au record enregistré en 2011, sous les effets de la dépréciation de l'euro, favorable aux exportations, et de l'atonie de l'économie qui a contenu les importations.

Selon les données publiées jeudi par les douanes, il s'est élevé à 67,16 milliards d'euros, en baisse de sept milliards par rapport à celui de 2011 (74,0 milliards).

Le déficit hors énergie a quant à lui diminué de près de moitié à 15 milliards d'euros, contre 29 milliards un an plus tôt.

Les exportations françaises ont augmenté de 3,2% l'an dernier, à 441,657 milliards d'euros, et les importations de 1,3%, à 508,815 milliards.

Les premières ont bénéficié de l'évolution de l'euro, qui s'est déprécié de 7,6% (en moyenne annuelle) contre le dollar, "ce qui a soutenu la compétitivité-coût de la France et, dans une moindre mesure, sa compétitivité prix en raison d'un effort de marge moins marqué des exportateurs", a souligné le ministère du Commerce extérieur.

A l'inverse, la baisse de la devise européenne a renchéri la facture énergétique, qui s'est alourdie de 7 milliards d'euros pour s'établir à 69 milliards, un niveau record.

L'aéronautique a été le secteur qui a le plus contribué à la hausse des exportations avec des livraisons d'Airbus qui ont atteint un record historique en valeur (22,5 milliards d'euros après 18,8 milliards en 2011) grâce notamment à la montée en puissance des livraisons du très gros porteur A380.

L'excédent du secteur a atteint 20 milliards d'euros et devance celui des produits agroalimentaires qui est quasi stable à 11,5 milliards.

En revanche, l'industrie automobile a accusé un recul de 5,1% de ses ventes à l'exportation, alors qu'elles avaient progressé de 6,2% en 2011. Ce recul est lié à la déprime des économies de l'Italie et de l'Espagne, deux des principaux marchés des constructeurs français.   Suite...

 
LE DÉFICIT COMMERCIAL ANNUEL