Les Bourses européennes terminent en ordre dispersé

mercredi 6 février 2013 18h01
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé mercredi dans un marché assez volatil témoignant d'un regain d'aversion au risque, alors que les investisseurs attendent de connaître l'opinion de la BCE sur la question de la brusque envolée de l'euro.

La tendance est bien moins nette à Wall Street où les principaux indices affichent une très légère baisse. À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 1,4% (51,80 points) à 3.642,90. Le Footsie britannique a pris 0,2% et le Dax allemand a cédé 1,09%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a cédé 1,28%.

Le retour au premier plan des craintes entourant la solidité de la zone euro a lourdement pesé sur les valeurs bancaires. L'indice paneuropéen des banques STOXX Europe 600 a terminé sur un repli de 0,48%.

La tendance n'a pas épargné les établissements français, à l'image de Crédit agricole (-3,71%) et Société Générale (-3,54%) qui ont accusé les deux plus lourdes pertes sur le CAC 40. Vinci a de son côté enregistré la troisième performance la plus médiocre de la séance avec une baisse de 3,3% au lendemain de résultats et de prévisions jugées décevantes.

Le regain d'aversion au risque pèse sur l'euro qui se replie contre le dollar et contre le yen, rétrocédant ainsi une partie de ses gains récents. Certaines voix, françaises notamment, commencent à s'alarmer du niveau élevé de la monnaie européenne. Le dossier devrait être abordé jeudi lors de la conférence de presse mensuelle du président de la BCE, Mario Draghi, et se retrouver au menu de l'Eurogroupe de lundi.

La tendance du jour s'est révélée favorable aux emprunts d'Etat américains et allemands, valeurs refuges par excellence. Les Bunds ont toutefois abandonné leurs gains en fin de séance, terminant avec des rendements en très légère hausse.

Les cours du pétrole ont peu réagi à l'annonce d'une hausse des stocks de brut la semaine dernière.

Nicolas Delame pour le service français, édité par Véronique Tison

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES